AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les criminels dégoûtent comme des châtrés. [Gregory Thompson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nora Luciano
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 07/02/2017
Etudes, métier : Marraine de la Mafia Magique de NYC

MessageSujet: Les criminels dégoûtent comme des châtrés. [Gregory Thompson]   Ven 24 Fév - 16:51

LIBRE
&
NORA
“LES CRIMINELS DÉGOÛTENT COMME DES CHÂTRÉS. - RIMBAUD


J'étais furieuse. Ces foutus irlandais commençaient sérieusement à me taper sur le système et je me sentais petit à petit sortir de mes gongs. Ils avaient attaqué un commerce de "ma zone", ces petits gangsters misérables et je devais y remettre de l'ordre. Je m'étais déplacée jusque dans le Bronx pour réparer tout ça et avoir l'identité des coupables. Évidemment, cet elfe qui y travaillait était incapable de me dire qui étaient les hommes parce qu'ils s'étaient masqués. "Mais ils sont jeunes, m'affirma-t-il, maladroits et un peu trop ambitieux". Comme si je ne l'avais pas deviné.
Il était maintenant tard que je m'étais posé dans bar pour décompresser. J'avais laissé Giovanni prendre l'air, je savais que de l'avoir toujours près de moi ne lui rendrait pas service. Seule au fond du bar, j'essayais de décompresser mais impossible de desserrer la mâchoire.

Mon eau glouglousse paraissait fade et je m'ennuyais fermement. Un gobelin avec qui j'étais en affaire avait tenté une approche mais mon regard de furie qui l'avait fait très vite battre en retraite. Je craignais que ces petits idiots qui me provoquaient soient une menace plus grande que je ne le pensais et surtout si Ulfric m'en tiendrait rigueur. S'il m'écartait de ses affaires, je perdais ma notoriété et j'avais tout intérêt à m'ancrer dans tout New-York et trouver une issue de secours.

L'air du bar avait fini par être étouffant. J'étais sortie à la hâte pour errer dans les rues du Bronx. Le froid de février me faisait un bien fou et une fois mes nerfs calmées, je fus bousculée. Décidément, c'était vraiment pas ma soirée.
CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory Thompson

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 22/03/2017
Etudes, métier : Exécuteur de contrats pour Macusa
Baguette : Bois de cèdre et ventricule de dragon, 23 cm

MessageSujet: Re: Les criminels dégoûtent comme des châtrés. [Gregory Thompson]   Ven 24 Mar - 13:37

Aujourd'hui n'était pas particulièrement un bon jour. S'il était honnête avec lui-même, Gregory conviendrait aisément que sa définition de "bon jours" ne convenait plus à sa nouvelle situation. Il ne pourrait jamais retourner à cette insouciance béate où on a tout ce qu'on pourrait rêver sans vraiment réaliser sa chance. Il y a encore quelques mois, il n'était encore qu'un homme fier de ses dons de sorcellerie, gâté d'une superbe femme à l'esprit aiguisé et d'une adorable petite fille à l'émerveillement incessant. Le parcours qu'il traversait depuis l'incident était désormais constamment en dents de scie, et c'était usant. Depuis quelques jours, il se retrouvait coincé dans un de ces creux particulièrement vicieux.

Il avait bien pensé en parler à Jane, sa confidente, douce et tendre infirmière, qui semblait tellement comprendre en si peu de mots, mais il avait peur de l'avoir à l'usure. Un jour, craignait-il, Jane plongerait pour l'atteindre sans se rendre compte avoir passé le point de non-retour. Un jour, sa joie de vivre et sa bienveillance risquaient de s'envoler, parce que Gregory l'aurait entraînée dans sa chute. C'était quelque chose qu'il refusait farouchement. Elle était trop importante.
Alors, il n'avait rien dit. Il n'avait pas vu Héloïse depuis bientôt une semaine, et sa fille lui manquait atrocement. Mais MACUSA lui avait donné un contrat qu'il n'aurait pu refuser au vu de la paye qui en résultait, et il avait donc quitté New York pour remplir son contrat.
Evidemment, il avait fallu qu'il tombe entre-temps sur des aspirants mafieux irlandais qui lui avaient mis des bâtons dans les roues de manière plus ou moins délibérée, et ce n'est qu'après les avoir clairement menacés avec sa baguette et sa position dans MACUSA (qu'il avait peut-être un peu exagérée) qu'ils avaient consenti à faire leurs affaires plus loin.

Gregory, en rentrant dans son appartement miteux, s'était effondré dans son lit branlant et avait dormi dix heures d'affilée. Se sentant à son réveil coupable de ne pas avoir visité Héloïse dès son contrat rempli, il était ensuite parti à la hâte de son appartement, se rappelant juste à temps de fermer sa porte avant de s'engouffrer dehors.
Le froid du début d'année, plus vif que ce à quoi il ne s'était attendu, avait mordu son corps trop peu couvert pour un tel temps, mais il n'avait pas eu le courage de faire demi-tour. S'il avait fait demi-tour, sa détermination aurait fondu comme neige au soleil, et il aurait attendu comme un lâche un jour de plus avant de se confronter à la gentillesse de Jane et à l'espoir d'Héloïse. Or, s'il y avait bien quelque chose qu'il voulait éviter à tout prix, c'était de ne pas pouvoir faire face à sa fille.

Tout à ses pensées moroses qui tournaient de plus en plus en rond, il ne regardait pas devant lui, obnubilé par la destination et n'ayant cure du chemin à emprunter pour s'y rendre.
Ce fut sa chance, quelqu'un lui rentra dedans. Peu désireux de ne serait-ce que regarder un Non-Maj' dans les yeux après avoir passé la semaine à les protéger, ce fut donc avec un manque flagrant de bonnes manières qu'il grommela à demi-mots :
- 'scusez-moi. Faites gaffe la prochaine fois !
Il n'avait pas pris la peine de lever la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~nodoka997
Nora Luciano
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 07/02/2017
Etudes, métier : Marraine de la Mafia Magique de NYC

MessageSujet: Re: Les criminels dégoûtent comme des châtrés. [Gregory Thompson]   Sam 25 Mar - 21:06

LIBRE
&
NORA
“LES CRIMINELS DÉGOÛTENT COMME DES CHÂTRÉS. - RIMBAUD

Je grommelais lorsqu'il me bouscula et me retournais vivement lorsqu'il me fit une remarque. Je pinçais légèrement les lèvres pour signaler mon agacement.

- Madre mìa, ces Américains, ce qu'ils sont impolis.

Oh... Oui... Je suis américaine, je suis née ici et je n'ai connu que ce pays, mais contrairement à mon frère James, je ne le considérais pas comme mon pays. On voyait bien la différence entre les italiens et les Américains c'était flagrant. Et pourtant, et pourtant l'Amérique n'est-elle pas faite seulement d'Européens ? Si, depuis longtemps, déjà, et pourtant nous n'étions que de la pacotille. Et c'est avec une grande tristesse que j'avais recueilli mon frère détruit après qu'il ait combattu pour sa patrie. Et c'est furieuse que j'avais creusé le fossé entre moi et mon patriotisme américain. Je suis italienne et je méprise tous ceux qui n'ont pas mon accent... Ou presque.

- Regardez plutôt devant vous, avant de me faire la leçon, monsieur la tête dans le goudron.

Mon accent était certes plus perceptible à cause de mon agacement. Et c'est avec tout mon dédain que j'avais rabattu quelques unes de mes mèches qui s'étaient échappées de mon chignon avant de remettre la main dans mon manchon en fourrure. Quel toupet. Et où était la galanterie ? Je maugréais encore dans ma barbe avant de reprendre la route.
CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory Thompson

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 22/03/2017
Etudes, métier : Exécuteur de contrats pour Macusa
Baguette : Bois de cèdre et ventricule de dragon, 23 cm

MessageSujet: Re: Les criminels dégoûtent comme des châtrés. [Gregory Thompson]   Sam 25 Mar - 22:39

Mais c'est qu'elle avait le culot de s'insurger, en plus ! Irrité, Gregory releva enfin la tête, confronté à une jeune femme brune, le port de tête droit et ses cheveux bruns attachés un peu sauvages. Vu sa peau de porcelaine et son manteau en fourrure qui puait l'argent à des kilomètres, il se trouvait devant une bourge. Et non-Américaine, au vu de sa remarque condescendante et de son accent exotique. Une espagnole ? Une italienne ? Une portugaise ? Peu importait, mais juger le premier inconnu sur son chemin semblait un peu déplacé. Ignorant ses propres pensées pleines de mépris dans sa fierté piquée au vif, Gregory reprit lui aussi son chemin.
- Foutus Non-Maj' ! s'exclama-t-il, excédé, remarquant trop tard qu'il avait parlé beaucoup plus fort que ce à quoi il s'était attendu.
Quel abruti. La fatigue et le stress décapaient sa décence et noyaient sa jugeote. Heureusement, aucun sorcier n'avait pu être témoin de cet emportement embarrassant qui l'avait entraîné à faire une bourde aussi ridicule. Et ce n'est pas comme si les Non-Maj' avaient la moindre idée de la signification de ce mot.
Il s'en sortait bien pour cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~nodoka997
Nora Luciano
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 07/02/2017
Etudes, métier : Marraine de la Mafia Magique de NYC

MessageSujet: Re: Les criminels dégoûtent comme des châtrés. [Gregory Thompson]   Sam 22 Avr - 16:38

LIBRE
&
NORA
“LES CRIMINELS DÉGOÛTENT COMME DES CHÂTRÉS. - RIMBAUD

Je lui avais craché tout mon mépris au visage, pensait qu'il était un de ceux contre qui je me battais tous les jours, un de ceux à qui je ne pouvais pas montrer ma baguette pour lui faire savoir le fond de ma pensée. Je pinçais légèrement les lèvres en voyant qu'il avait la fougue de James avant la guerre. Il lui ressemblait beaucoup en fait, sauf peut-être ces yeux bleus intriguants. Décidant de passer à autre chose, je continuais ma route jusqu'à ce que j'entends ce qui me fit sourire jusqu'aux oreilles.

Je fis mine de ne pas relever, de ne pas comprendre et vérifia discrètement quelle route il prenait avant de tourner dans une rue étroite et sombre. Je transplanais discrètement jusqu'à une rue similaire à celle dans laquelle j'étais quelques secondes avant. Il me suffit de tendre les bras pour l'attraper et le plaquer contre le mur le plus proche avec mon plus beau sourire insolent.

- Une chance que je n'en sois pas une, n'est-ce pas ? Et vous êtes d'autant plus chanceux que je ne travaille pas pour le MACUSA.

Je rangeais soigneusement ma baguette dans mon décolleté avant de lui tendre la main avec un sourire qui cette fois paraissait simple et sincère.

J'apprécie les gens insolents et tempétueux, je le suis moi-même. Nora Luciano, enchantée.
CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory Thompson

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 22/03/2017
Etudes, métier : Exécuteur de contrats pour Macusa
Baguette : Bois de cèdre et ventricule de dragon, 23 cm

MessageSujet: Re: Les criminels dégoûtent comme des châtrés. [Gregory Thompson]   Ven 15 Sep - 14:15

Gregory se retint juste à temps de réagir instinctivement à l'agression qu'il venait de subir et se contraignit à se calmer par pure force de volonté. Il était beaucoup trop nerveux pour comprendre ce que lui disait son agresseuse, et quand les mots que la demoiselle lui adressaient prirent enfin tout leur sens, Gregory se retrouva d'abord complètement sidéré.
Il resta là, coincé entre la sorcière et le mur froid, la bouche ouverte et le cerveau qui tournait au ralenti, prenant conscience de ce contact bien trop intime pour deux personnes qui ne se connaissaient pas, et au diable leur appartenance à la même communauté. Une étincelle de désir se réveilla contre sa volonté à cette proximité longtemps refusée, puis la sorcière se recula, et Gregory se retrouva démuni et glacé. Un déferlement de culpabilité tua les derniers vestiges de sa confusion, et l'homme cligna des yeux lorsque la jeune femme se présenta à lui.

Elle avait conscience de son charme, avait conscience de l'effet qu'elle avait eu, un instant, sur Gregory, et pourtant avait choisi d'adopter un ton amical et non séducteur dans sa présentation. Ceci, plus que n'importe quelle action qu'aurait pu adopter Nora, gagna immédiatement ses faveurs et son approbation. Avec bien moins de réserve que d'habitude, Gregory lui offrit à son tour un sourire ; bien que les coins de sa bouche se relevaient presque difficilement à cause du manque de pratique, le geste illumina un instant ses yeux.
La flamme qui dansait dans le regard de Nora l'attirait inexorablement, et il ne chercha pas à s'y soustraire, trop heureux de cette interaction pour remettre ses barrières en place.
- Gregory Thompson, répondit-il d'un ton mesuré.
Il doutait que son apparente indifférence trompe un tant soit peu la sorcière ; elle avait l'air trop intelligente pour tomber face à une façade si fragile. Il lui serra fermement la main, et se permit d'ajouter :
- Tout le plaisir est pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~nodoka997
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les criminels dégoûtent comme des châtrés. [Gregory Thompson]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les criminels dégoûtent comme des châtrés. [Gregory Thompson]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» Un Kidnappeur condamné à dix ans de prison
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MACUSA :: NEW YORK CITY :: BRONX-
Sauter vers: