AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Warren Van Kleef

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 11/02/2017
Etudes, métier : Auror, expert en lutte anti-fraude magique
Baguette : Bois de tremble, plume d'oiseau-tonnerre, 34 cm, fine et souple

MessageSujet: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   Sam 11 Fév - 2:01


Warren Ambrosius Van Kleef


Pour le bien de tous, nous ne pouvons continuer à nous cacher... Le gouvernement doit prendre ses responsabilités. S'il ne le fait pas, nous le ferons
.


  Nom : Van Kleef, un nom que de nombreuses familles sorcières européennes connaissent, il s'agit d'une famille de sang pur très connue, ayant fourni des sorciers tous plus originaux et élégants les uns que les autres, mais Henriech Van Kleef, le père de Warren, dénotait un peu pour ses idées libérales et progressistes, des idées qu'il n'aura pas réussi à transmettre à son fils malheureusement...
 Prénom(s) : Warren Ambrosius, deux prénoms aux consonances radicalement opposées, Warren étant un prénom d'origine allemande particulièrement répandu aux Etats-Unis, et Ambrosius étant le nom de son grand-père du côté de sa mère, un nom plus commun dans les milieux sorciers
 Âge : 33 ans
 Date de naissance : Un 7 février, en plein mois d'hiver, alors que les flocons de neige glacés recouvraient les rues pavés de New-York d'un fin manteau blanc.
 Situation familiale : Marié, mais très peu fidèle
 Métier : Auror au MACUSA, expert en lutte contre la fraude magique
 Groupe : Pro-Grindelwald
 Patronus : Un Corbeau
 Amortentia : Le parfum délicat de la rose juste éclose, avec quelques soupçons de réglisse, de café, de vanille, le tout saupoudré de l'odeur du cigare
 Epouvantard : Une longue berline noir, conduite par un non-maj', le capot surmonté d'une petite statuette tâché de sang
 Particularités : Riche, et orphelin à l'âge de 15 ans
 Avatar : Henry Cavill

 
Personnalité

Intransigeant, les deux mots d'ordre de Warren sont Ordre et Autorité. Il est pour ainsi dire un véritable maniaque du contrôle, il ne supporte pas perdre le contrôle sur son environnement extérieur ni sur les autres ou sur sa vie. Particulièrement curieux, il est très cultivé, sa bibliothèque personnelle est assez impressionnante, tout comme la connaissance de certains sortilèges "spéciaux". Charmeur, mais aussi gentleman, ce n'est pas pour autant qu'il est fidèle. Sanguin, il n'a jamais oublié la mort de ses parents, ce qui est source pour lui d'une grande anxiété et d'une grande douleur, qu'il n'a jamais réussi à calmer. Son implication dans la cause des Pro-Grindelwald lui sert d'échappatoire. La famille est très important pour lui. Une main de fer derrière un sourire calculé et une coiffure sculptée à la mèche près. Rien ne doit dépasser. Chaque chose a sa place, et chaque place a sa chose. Ordre et autorité, voilà les deux seuls mots qui valent pour faire respecter les règles. Warren est un Révolutionnaire dans l'âme, non pas anarchiste, mais il est persuadé que c'est en prenant le pouvoir par la base populaire que l'on mettra fin à cette honte perpétuelle dans laquelle sont cachés les sorciers depuis trop longtemps. Toute cette dureté, toute cette rigidité cachent pourtant un coeur très sensible, un sensibilité qu'il a étouffé en son for intérieur comme un foetus malade...
 

 
Votre avis nous intéresse

Pour les sorciers :

Que pensez-vous du MACUSA ? Et des pro-Grindelwald ?
Le MACUSA est une supercherie. Cet organisme gouvernemental profite de la confiance niaise et heureuse des sorciers américains, en niant les principes mêmes de la démocratie, en refusant de modifier les lois nécessaires pour un véritable développement de notre société, et préfère jouer sur nos peurs plutôt que de permettre aux sorciers d’utiliser tout leur potentiel pour briller dans notre monde. Le symbole de la Liberté aux Etats-Unis est représenté  par la Statue de la Liberté, haute dame de fer à la torche brûlante, symbole d’espoir pour les reclus du Vieux Continent, pour tous ceux fuyant dans un esprit d’émancipation des régimes où la voix du peuple n’est pas entendu, mais au final, vivre aux Etats-Unis revient à la même chose. Le MACUSA est rempli de ministres corrompus,  Seraphina Picquerry semble bien sous tous rapports, mais elle ne fait que cacher la lumière resplendissante de notre magie. Oui, nous sorciers, sommes supérieurs aux Non-maj, et jamais nous ne devons l’oublier. Ce n’est pas de la condescendance, c’est un état de fait, une observation scientifique. Si les Non-maj savaient de quoi nous sommes capables, alors cela serait sûrement la guerre, mais seulement s’ils venaient à le découvrir brusquement. Nous devons les rassurer, et leur faire comprendre que l’évolution naturelle, darwinienne, est la suprématie des sorciers sur eux. Toute créature sur cette terre est supérieure à une autre, et le Sorcier se situe au sommet de cette pyramide.

Grindelwald comprend, il est d’ailleurs le précurseur de cette pensée progressiste et novatrice de la supériorité des sorciers sur les non-maj’. Cet homme est brillant, et Warren le respecte comme le leader naturel des sorciers, de ceux qui n’ont pas honte de leur sang, de leurs pouvoirs, de leur baguette. Il est le seul à oser parler vrai, le seul à prôner la suprématie sorcière. Par conséquent, il n’a pas mis longtemps à faire partie des pro-Grindelwald et a prôné, secrètement bien sûr, connaissant trop bien le sort réservé aux opposants politiques. Auror, il savait très bien que ceux qui violaient la loi et se rendaient coupables d’un crime capital étaient exécutés, et il ne comptait pas faire partie de ceux-là. Mais à titre personnel, Warren soutenait une révolution, pour qu’enfin les non-maj’ sachent la vérité et les respectent comme leur supérieur. Le MACUSA était dépassé et se noyait dans la mélasse de son hypocrisie, s’ils étaient au pouvoir, ils pourraient enfin mener la société sorcière vers le firmament, et la faire resplendir dans le monde entier.

Que vous évoque la hiérarchie du sang ?
La hiérarchie de sang n’est pas une théorie complotiste comme osent le penser certains. La magie coule dans les veines des sorciers depuis des siècles, elle est l’héritage des familles de sorciers depuis autant de temps qu’elle existe. Alors, oui, parfois la magie touche un non-maj’. Pour Warren, ils ne sont pas nécessairement inférieurs aux sorciers au sang pur, mais ils sont moins élevés dans l’ordre social et c’est normal. Comment peut-on comparer l’héritier d’une puissante famille de sorciers de la Nouvelle-Orléans et un sorcier issu d’une famille de non-maj’ où la magie consistait seulement à aller voir un escroc sortir un lapin de son chapeau le dimanche après-midi ? Un jour, peut-être, les né-non maj’ s’acclimateront et leurs héritiers verront leur sang s’épurer, s’améliorer, mais ce n’est pas une actualité. Warren n’est pas raciste, il a des amis qui sont issus d’une famille de non-maj’, mais il faut se rendre à l’évidence, on ne peut pas leur confier les plus hautes fonctions de la société sorcière, vous imaginez vous une de ces choses à la tête du MACUSA ? Non ce n’est pas possible, seuls les héritiers des plus grandes familles de sorciers peuvent exercer les plus hautes fonctions. Ils ont déjà bien de la chance d’être toléré et accepté, ce n’est pas une raison pour leur donner les pleins pouvoirs. Warren pense que leur autoriser le port de la baguette est déjà un grand privilège et une preuve d’une avancée non négligeable. Alors oui, les Etats-Unis sont une terre de nouvelle chance, et peut-être que cette différence de classe se voit moins mais il faut être clair : les sang-pur sont au-dessus de tous les autres, et ce n’est qu’à la seconde génération que les né-non maj’ voient leur sang purifié de toute trace de non magie.

Adhérez vous à la loi Rappaport ? Vous sentez-vous menacé par les Non-Maj ?
La loi Rappaport est une de ces lois que le gouvernement actuel n’a plus le courage de prendre…  Mais le genre de lois que nous pourrions prendre si nous étions au pouvoir. Cette loi a été prise pour de très mauvaises raisons, en effet, le but étant de conserver le Secret Magique, or ce secret doit sauter, les non-maj’ doivent savoir que les sorciers existent et ils doivent reconnaître leur suprématie. Une fois ce constat effectué, il paraît logique que les sorciers le snon-maj’ ne peuvent pas se marier ! Quel serait l’intérêt, hormis souiller le sang pur des sorciers avec celui des non-maj’ ? Non ce serait une véritable idiotie que de faire cela et cela contribuerait à la dégénérescence des sorciers, or la société sorcière se doit de rester grande et pure !
Dernièrement, les Non-maj’ se méfient de plus en plus de nous. Certains sont persuadés de notre existence, malgré notre regrettable discrétion, et ils osent s’attaquer à nous, voulant nous supprimer, comme si nous étions une menace pour eux. Quelle ingratitude, quand on sait qu’il nous suffirait d’un coup de baguette pour que leur sang poisseux et impur rejoigne les caniveaux de la ville… Ils ne sont pas une menace, mais au contraire il faut leur apprendre la leçon, pour qu’ils puissent nous respecter tels que nous sommes : supérieurs à eux. Les sorciers qui en ont peur sont des couards, des traîtres à leur sang, qui feraient bien de se réveiller et de s’apercevoir de leur toute-puissance !



 
black pumpkin



 

 
Derrière l'écran
Pseudo : écrire ici
 Prénom : Rémi
 Âge : 24 ans
 Pays : France
 Fréquence de connexion : 3-4 jours par semaine
 Inventé ou scénario : Inventé
 Commentaires : J’ai hâte de rejouer avec ma Valentina !!!
 
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warren Van Kleef

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 11/02/2017
Etudes, métier : Auror, expert en lutte anti-fraude magique
Baguette : Bois de tremble, plume d'oiseau-tonnerre, 34 cm, fine et souple

MessageSujet: Re: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   Sam 11 Fév - 2:01


 
Le Gentleman ou le Danger ?

 

 

 

Warren Van Kleef, un nom peu commun dans ces Etats-Unis des années 20 et pourtant les Van Kleef étaient (presque) des américains pur souche. Non pour être tout à fait honnête, les Van Kleef étaient originaire de la ville de Clèves, dans une province au Nord-Ouest de l’Empire allemand, plus particulièrement une province du Royaume de Prusse. D’ailleurs une grande partie de la famille des Van Kleef vit encore dans cette province, la famille de Warren fait figure d’exception. En réalité, c’est l’arrière-grand-père de Warren qui est venu s’installer aux Etats-Unis, juste après que les colonies aient pris leur indépendance et ne forment cet immense pays fédéral amené à devenir une grande puissance économique avec laquelle il faudrait compter. L’arrière-grand-père de Warren est donc arrivé à une époque où la loi Rappaport était déjà en vigueur dans la communauté sorcière, et à vrai dire cela n’avait pas gêné Adolf Van Kleef, la communauté sorcière européenne étant très conservatrice, les rapports avec leurs homologues moldus avaient toujours été particuliers, et encore aujourd’hui il n’est pas rare de parler avec des sorciers lambda pour qui les moldus ne sont que des voisins indésirables. Pour l’arrière-grand-père de notre Warren, s’installer aux Etats-Unis était une aubaine, il souhaitait en effet développer sa société, une société parente de celle de sa famille chez lui en Prusse. Aujourd’hui c’était le père de Warren qui s’en occupait, une entreprise d’objets magiques en tout genre, mais qui avait connu ses heures de gloire avec les bijoux ensorcelés. A une époque où les monarchies étaient monnaie courante, les Van Kleef avaient produit de nombreux colliers ensorcelés, donnant de la vigueur aux monarques sorciers, renforçant leur aura ou leur donnant certains talents hors du commun, comme la lévitation par exemple. Adolf Van Kleef avait ouvert sa propre bijouterie à New York et avait réussi à s’attirer une clientèle sorcière de qualité, les plus grands hommes de son temps y achetaient des bijoux, les femmes aimaient notamment ces broches qui diffusaient un délicat parfum. Une des spécialités actuelles de la firme Van Kleef était les broches en forme de rose en rubis, contenant une dose non négligeable d’Amortentia, de quoi plaire à tous les amoureux, et aussi à tous les maris infidèles qui souhaitaient conquérir de nouvelles amantes. C’est Wilhelm, le frère de Warren qui s’occupait de la bijouterie aujourd’hui, avec son épouse.

Warren est donc né ici, aux Etats-Unis, à la fin du 19ème siècle, à une époque où l’économie se mettait enfin en marche, à l’aube d’une guerre mondiale qui allait perturbé non-maj’ et sorciers. Sa famille étant particulièrement aisée grâce au succès de sa bijouterie sorcière, ils habitaient dans un des beaux quartiers de New-York, dans un hôtel particulier. Warren aimait particulièrement cette demeure familiale, même s’il n’y habitait évidemment plus, aujourd’hui c’est son frère qui l’occupait, depuis la mort tragique de leurs parents bien des années plus tôt. Il se v souvenait d’une enfance heureuse, occupé à jouer sur des balais pour enfants sorciers à travers la demeure familiale, renversant dans des éclats de rire des vases d’une valeur inestimable que les elfes de maison empêchaient de se briser au dernier moment. Par chance, il n’avait eu à fréquenter ces écoles rivées non-maj’, sa famille préférant se tenir éloignée de cette communauté pour des raisons de respect à la loi. Leur mère pourtant était moins dur que le reste de la famille sur ce sujet-là, elle-même était originaire du Canada, où les sorciers et les non-maj’ vivaient différemment. Elle n’avait jamais compris tant que cela les velléités qui existaient depuis la loi Rappaport, mais le père, qui connaissait alors très bien le Président du Macusa, se faisait un devoir de respecter les lois. Non, par bien des aspects, la branche américaine des Van Kleef semblait bien plus modérée que sa branche européenne, peut-être que cela était dû à ce concept de nouveau départ propre au nouveau monde. Les Van Kleef vivaient heureux dans leur hôtel particulier, le père tenait alors la bijouterie familiale et leur mère était Oubliator au sein du Macusa. Le grand frère de Warren et ce dernier étaient très complices et ils vivaient parfaitement heureux, avec pour compagnie leurs elfes de maison, et le hibou familial, un vieux hibou Grand Duc qui gonflait le plumage quand il distribuait le courrier.

Vint alors le jour pour Warren de rejoindre l’école de sorcellerie d’Ilvermorny. Même si ses lointains cousins européens allaient pour leur part soit à Poudlard soit à Durmstrang, il n’existait qu’une seule école pour les sorciers américains, Ilvermorny, et le jeune garçon était assez intimidé même si le fait de savoir que son frère s’y trouvait déjà le rassurait. Il était tout même impressionné quand, dans sa tenue bleu et rouge airelle, il se tint pour la première fois dans le hall de l’école sur le sol duquel était gravé délicatement un nœud gorgien, en rapport direct avec l’histoire de la conception de l’école. Il avait très peur du choix de sa future maison. Son frère, le grand gaillard Wilhelm, avait été envoyé dans la maison de l’Oiseau-Tonnerre,  la magnifique statut de plumes s’étant ébroué et ayant agité ses ailes quand Wilhelm avait foulé le sol de l’école. Ses parents avaient alors été très fiers, les deux ayant également été dans cette maison et s’y étant rencontrés. Etrangement pourtant, et Warren avait un peu honte de le penser, il ne souhaitait pas se retrouver dans cette maison, non pas qu’il ait des a priori, mais il considérait que la maison du Serpent Cornu était bien plus respectable et prestigieuse, pour une raison qui lui était pourtant inconnue. Son anxiété était omniprésente quand le jeune garçon avait posé ses pieds tremblants sur le nœud gorgien gravé dans le marbre du hall. Les secondes parurent durer des minutes voire même des heures, il avait fermé les yeux tellement il avait peur. Il savait que tous les élèves de l’école le voyait, il pouvait d’ailleurs voir son frère en hauteur, mais il avait tellement peur que cela lui était au final assez égal. La première chose qu’il entendit était un rugissement, le rugissement si caractéristique du Womatou. Ainsi, il était envoyé dans la maison des guerriers, le Womatou représentant le sens du combat et l’importance du corps. Ne s’y attendant pas, il était un peu dépité, et ouvrit les yeux, déçu. Mais quand il avait fermé les yeux, il se tenait alors face à la statue du Serpent Cornu. Et ses yeux lui offrirent une autre vision : le cristal serti dans le front de la statue brillait de milles éclats, des éclats de rêve, d’espoir et de bonheur. Ainsi, deux statues s’étaient manifestés pour l’accueillir et comme on lui expliqua c’était désormais à lui de choisir sa maison. Sans hésitation, il choisit donc la maison du Serpent Cornu. Il se sentait l’âme d’un érudit, il se voyait déjà étudié des arts occultes mystérieux enfermé dans une pièce sans fenêtre, les narines emplies de fumée âcre et pourtant obsédantes, en train d’essayer de comprendre les mystères de la magie. Quand il se dirigea vers les élèves du Serpent Cornu, i lcroisa le regard déçu de son frère. Wilhelm avait espéré que les deux frères soient dans la même maison, mais ça n’était pas le cas. Mais leur amitié et leur proximité n’en fut pas atteinte, au contraire, ils devinrent taquins l’un envers l’autre et compétiteur. Après cette cérémonie de répartition qui avait donné des sueurs froides au jeune Warren, ils se dirigèrent tous vers la Grande Salle de l’école pour recevoir leur baguette magique. Il avait hâte d’avoir la sienne. Arrivés dans cette salle, quatre sorciers se tenaient en son centre, proposant tour à tour des baguettes aux jeunes élèves qui se présentaient face à eux. Warren se dirigea ainsi vers une sorcière à l’allure un peu fantasque, des plumes colorés ornant ses cheveux argentés, contrastant étrangement avec sa peau cuivrée. D’après ce que lui avait dit son frère, il s’agissait de Shikoba Wolfe, une grande fabricante de baguette magique. Elle lui présenta plusieurs baguettes, dont une qui avait attiré l’œil de Warren très rapidement. Elle était assez fine, avec une poignée élégante et délicatement sculptée. Quand le jeune homme la saisit en main, la baguette s’était mise à frétiller et des étincelles en étaient sortis pour entourer le jeune homme avant de s’élever et d’éclater en délicates fleurs de bleuet. Wolfe lui confia que cette baguette était faite en bois de tremble et contenait une plume d’oiseau-tonnerre, une baguette très puissante qu’il serait difficile à maîtriser. Le tremble lui donnait un aspect d’ivoire, ce qui la rendait d’autant plus élégante. Warren l’adorait, il trouva immédiatement qu’elle prolongeait son bras  à la perfection.

Sa scolarité se passa plus que bien, chaque jour étant source pour lui de nouvelles surprises, de nouvelles connaissances à appréhender, et alors que son frère se plaisait dans le sport magique et aimait rire avec ses amis, Warren se sentait davantage à l’aise dans la bibliothèque, en compagnie de rares amis qui partageaient sa passion pour les arts magiques les plus élaborés et délicats. Très vite, il fit preuve de véritables prouesses en métamorphose mais aussi en enchantements et en Défense contre les forces du mal. Leurs professeurs aimaient les pousser à leur maximum, et un jour leur professeur de Défense lança une compétition amicale de duel dans la classe, pour qu’ils mettent en œuvre leur connaissance. C’est vraiment à ce moment-là que Warren montra tout son potentiel, sa baguette tranchait l’air comme une épée d’argent, lançant de puissants maléfices sur son adversaire. Il finit même par se retrouver à combattre son frère. Au début, par amitié il ne lui lança que de simples sortilèges, mais très vite il vit que son frère se montrait combattif et ne voulait pas perdre face à son petit frère. Warren s’était pris au jeu et avait enchaîné plusieurs sortilèges qui attinrent leur cible de manière quasi-simultanée. Le pauvre Wilhelm s’était ainsi retrouvé pétrifié, désarmé et des pustules lui recouvraient le visage. Sur le coup, il se vexa mais finalement s’en amusa. Non, définitivement, tout se passait bien pour Warren, il se plaisait vraiment à Ilvermorny, et bien qu’il aimât retrouver ses parents les étés, il était pressé de retrouver l’école et ainsi sa baguette pour pouvoir s’exercer. Un des plus beaux jours de vie fut quand il parvint à créer son propre Patronus, fondé sur son enfance et son entrée à l’école, celui-ci prenant la forme d’un corbeau aux grandes ailes puissantes. Mais très vite, c’est le pire jour de sa vie qu’il vécut… Il était en cours de potions, en train d’écraser des yeux de scarabée en faisant attention à ne pas les mélanger directement avec les poils de womatou, quand un de ses professeurs vint le trouver pour lui parler à l’écart des autres élèves. L’école venait de recevoir une lettre. Ses parents venaient de mourir, ou plus exactement, ils avaient été retrouvés morts. Tout laissait penser à un accident, c’était le soir, ils se baladaient apparemment dans les rues de New-York, et une voiture les avait percuté, violemment. Une de ces voitures avec un moteur à explosion, au long capot noir brillant, désormais tâché du sang de ses parents. En les percutant, la voiture avait brisé nette les vertèbres de sa mère, et son père s’était vidé de son sang, les poumons noyés par une hémorragie interne… C’est en tout cas ce qu’on avait dit à Wilhelm  et Warren. Face à cette tragédie, les deux garçons, l’un âgé de 15 ans et l’autre de 17 ans, s’absentèrent quelques temps de l’école, pour les obsèques. Ces obsèques furent l’occasion pour eux de rencontrer le reste de la famille. Warren fit ainsi la connaissance d’une tante éloignée, Cornelia Van Kleef, une femme âgée d’une cinquantaine d’années. Lors des funérailles, elle avait beaucoup consolé Warren et très vite, il lui avait fait confiance. Notamment quand elle lui confia, alors empêtré dans une vieille robe de velours rose pâle, avec un de ces chapeaux cloches typiquement allemands, que selon elle ce n’était pas un accident. Pour elle, qui avait émigré aux Etats-Unis depuis une trentaine d’années, cela ne faisait aucun doute, c’était le fait des non-maj’s, certains se réclamant de la descendance des Ratisseurs trouvaient parfois des sorciers et les éliminaient. Il semblerait selon elle que ses parents ne soient donc pas morts par hasard. Oh elle n’avait aucune preuve, mais ce fut suffisant pour le jeune Warren, qui plein d’incompréhension, cherchait une explication à tout prix. Elle était toute trouvée : c’était à cause des non-maj’. Cette période de sa vie le bouleversa totalement- et le changea à jamais. Lui qui était plutôt issu d’un famille certes conservatrice mais tolérante, devint à l’instar de cette tante éloignée beaucoup plus froid et distant, de profondément tolérant, il devint suspicieux à l’égard des non-maj’ et de leurs intentions. Cet épisode marqua une fracture dans sa vie, une blessure, qu’il ne parvint jamais à solutionner et qui conditionna le reste de son développement philosophique. Les deux frères s’étaient rapprochés suite à cet épisode et vivaient à deux durant les étés, maintenant que leurs parents n’étaient plus là. Son frère Wilhelm avait repris la direction de la bijouterie familiale aidé de son grand-père à sa sortie d’Ilvermorny. Warren quant à lui continua ses études, et s’entraîna encore plus dur qu’avant, pensant régulièrement à ses parents. Certains de ses amis s’aperçurent que son esprit noircissait et qu’il avait parfois des idées un peu radicales, ils remarquèrent une dureté qu’ils ne connaissaient pas chez leur ami mais mirent ça sur le compte de la perte de ses parents.


Le jour de sa majorité, son frère lui offrit une montre à gousset Van Kleef, dont les aiguilles étaient faites en or tout comme les mécanismes internes, et dont les aiguilles se composaient des personnes proches de lui, son frère notamment, afin de lui indiquer à tout moment s’ils étaient en danger ou non. De sa tante Cornelia, il reçut un étrange livre, de couverture noire, qui regroupait les pensées d’un sorcier européen, un certain Gellert Grindelwald. Il y expliquait sa vision du monde, un monde où les sorciers étaient reconnus à leur juste valeur et où ils n’auraient plus besoin de se cacher. Tout de suite, ces écrits passionnèrent le jeune homme qui se documenta sur le sorcier et se rapprocha de cette tante qui faisait partie d’un club privé de soutien au sorcier européen. De l’autre côté du Pacifique, certains le voyaient comme un danger, et le Macusa semblait penser la même chose. Warren pensa que si les gouvernements avaient peur de cet homme c’est parce que justement il n’était pas d’accord avec eux et qu’il représentait un espoir pour les sorciers. Il trouvait les gouvernants de plus en plus irresponsables, incapables de protéger la communauté, de nombreux sorciers étant l’objet d’actes violents de la part des non-maj’. Il faisait partie de ceux qui au sein de ce club privé pensait qu’un nouveau gouvernement, plus stricte, plus autoritaire, permettrait à la société sorcière de sortir de sa cachette pour enfin resplendir dans le monde. Une Révolution, voilà ce qu’il fallait, une Révolution populaire pour donner le pouvoir aux sorciers une fois pour toutes. Ils étaient libres, ils n’avaient pas besoin de se cacher. Une Révolution pour tout changer, tout modifier, tout moderniser. Une Révolution pour le plus grand bien de tous.

Après sa sortie d’Ilvermorny, où il obtint d’excellents résultats, Warren entama une formation pour devenir Auror. La mort de ses parents l’avait convaincu du manque de sécurité constant au sein de la communauté magique, et il voulait protéger ses congénères de la menace non-maj. Rapidement, il se démarqua par sa grande maîtrise de la métamorphose et pour ses compétences en duel. Il prenait parfois des apparences étonnantes, comme cette fois où il s’était dissimulé sous la forme d’un piano à queue. Au sortir de sa formation, il fut tout de suite embauché par le Macusa, dans lequel il se fit un nom, pas aussi grand que ceux des descendants des plus célèbres Aurors des Etats-Unis, mais Warren Van Kleef était aussi connu pour ses talents en magie de combat, et tout le monde lui reconnaissait sa droiture et son intégrité. C’était un homme intransigeant. Malgré cette intransigeance, cela n’a pas empêché le jeune homme de collectionner les aventures amoureuses, préférant s’enivrer de femmes que d’alcool, l’eau glouglousse a des effets pervers sur les sorciers, et pour sa part il préfère le Whisky pur feu, même si son frère a un très bon Cognac d’Eruptif. Aujourd’hui, Warren est marié, cela fait 5 ans maintenant, un mariage de convenance, pour ne pas faire tâche, avec une jeune femme qui ne l’aimait pas, c’était tout juste un contrat entre eux. Peut-être l’avait-elle aimer au début, mais très vite, vu ses infidélités, elle s’était contenté du peu qu’il lui donnait : des soirées mondaines, des nuits endiablées, une bourse de dragots pour s’acheter des robes de gala, voilà ce que Warren partageait avec Madame Abigaël Van Kleek, une journaliste pour une revue de mode sorcière. Aucun enfant pour le moment. A côté de cet aspect officiel d’Auror intransigeant et rangé, Warren est aussi un membre éminent au sein de ce club privé qui a pris de l’ampleur chez les Pro-Grindelwald. Il n’hésite pas à user de magie noire contre leurs ennemis. D’intransigeant, il passe alors à un autoritarisme dangereux, rempli de violence, de haine, de rancœur, et de sang. User de sa magie pour écorcher vif un homme qui mérite ce soir, l’entendre hurler sa douleur, voir son sang poisseux gonflait le parquet, briser ses os un par un, tant de choses que Warren avait déjà fait et était encore capable de faire. C’était un homme intelligent et cultivé, mais aussi puissant et dangereux. Il ne valait mieux ne pas l’affronter. Tuer un homme ne l’inquiétait pas. Il était un jour aller en Europe pour  rencontrer le maître, et sur sa route s’étaient dressés des opposants. Il les avait exterminé. Sa baguette de tremble avait infligé des douleurs que les mots ne peuvent qu’à grande peine retranscrire. Il se souvenait particulièrement des cris de souffrance de ce sorcier qui sous l’effet d’un sortilège de magie noire voyait sa peau s’envolait en lambeaux, terrible victime du Maléfice Mangeur de chair… Une conclusion spectaculaire après que Warren avait brisé ses espoirs, son corps et son esprit. Il ne faisait pas partie des plus anarchistes de leur mouvement, mais il savait utiliser sa baguette si besoin. Un homme dangereux, terriblement mais si délicieusement dangereux. Un Révolutionnaire caché dans la peau d’un Auror du Macusa, en charge notamment des fraudes et de la sécurité intérieure…

 
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Messages : 118
Date d'inscription : 30/11/2016

MessageSujet: Re: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   Sam 11 Fév - 2:07

Coucou toi ❤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macusa.forumactif.com
Arthur M. Fletcher
Admin
Admin
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 01/12/2016
Etudes, métier : "Y en a qu'appellent ça de la camelote, moi j'appelle ça des trésors..."
Baguette : Bois d'Aubépine, Cheveu de Vélane, 34 cm, souple.

MessageSujet: Re: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   Sam 11 Fév - 15:50

Bienvenue et bon courage pour la suite de cette fiche qui semble déjà prometteuse !
Si besoin, mon hibou est disponible pour toutes questions.

_________________
C'est pas moi, M'sieur l'agent
Vous passerez l'bonjour à vot'femme, quelle charmante personne... Comment je la connais... Je... Je... Eh merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   Dim 19 Fév - 17:11

Salut mon beau !
Bon courage pour ta fiche :)
Revenir en haut Aller en bas
Warren Van Kleef

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 11/02/2017
Etudes, métier : Auror, expert en lutte anti-fraude magique
Baguette : Bois de tremble, plume d'oiseau-tonnerre, 34 cm, fine et souple

MessageSujet: Re: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   Sam 4 Mar - 2:08

Désolé pour le retard que j'ai pris dans ma fiche, je devrai l'avoir fini ce week end je pense :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane K. Conrad
Disparue
Disparue
avatar

Messages : 282
Date d'inscription : 15/02/2017
Etudes, métier : Infirmière
Baguette : Bois d'orme, 28 cm, ventricule de dragon

MessageSujet: Re: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   Sam 4 Mar - 16:17

Vivement et bienvenue ! boing boing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nora Luciano
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 07/02/2017
Etudes, métier : Marraine de la Mafia Magique de NYC

MessageSujet: Re: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   Sam 4 Mar - 23:41

Youhouuuuu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur M. Fletcher
Admin
Admin
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 01/12/2016
Etudes, métier : "Y en a qu'appellent ça de la camelote, moi j'appelle ça des trésors..."
Baguette : Bois d'Aubépine, Cheveu de Vélane, 34 cm, souple.

MessageSujet: Re: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   Dim 5 Mar - 12:02

Bon courage pour la dernière ligne droite !

_________________
C'est pas moi, M'sieur l'agent
Vous passerez l'bonjour à vot'femme, quelle charmante personne... Comment je la connais... Je... Je... Eh merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur M. Fletcher
Admin
Admin
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 01/12/2016
Etudes, métier : "Y en a qu'appellent ça de la camelote, moi j'appelle ça des trésors..."
Baguette : Bois d'Aubépine, Cheveu de Vélane, 34 cm, souple.

MessageSujet: Re: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   Mar 7 Mar - 8:43

Bonjour Warren ! Tu as dépassé les trois semaines de délai de rédaction de ta fiche. Maiiiiis, étant donné notre grande mansuétude, nous te donnons un sursis supplémentaire au moins jusqu'à lundi. Si tu as besoin d'un peu plus, tiens nous au courant, s'il te plait. Bon courage, canaille !

_________________
C'est pas moi, M'sieur l'agent
Vous passerez l'bonjour à vot'femme, quelle charmante personne... Comment je la connais... Je... Je... Eh merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warren Van Kleef

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 11/02/2017
Etudes, métier : Auror, expert en lutte anti-fraude magique
Baguette : Bois de tremble, plume d'oiseau-tonnerre, 34 cm, fine et souple

MessageSujet: Re: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   Sam 11 Mar - 2:55

Merci beaucoup du délai supplémentaire, ma fiche est finie :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane K. Conrad
Disparue
Disparue
avatar

Messages : 282
Date d'inscription : 15/02/2017
Etudes, métier : Infirmière
Baguette : Bois d'orme, 28 cm, ventricule de dragon

MessageSujet: Re: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   Sam 11 Mar - 9:31

J'ai touuuuut lu ! Voilà qui est fort prometteur ! Il me tarde ... boing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clayton Ackley
Sérial Posteur
Sérial Posteur
avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 08/02/2017
Age : 31
Etudes, métier : Botaniste/Herboriste, Globe-trotteur
Baguette : Bois de vigne, Épine de monstre du Fleuve Blanc, 33cm, flexible

MessageSujet: Re: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   Sam 11 Mar - 13:39

Super fiche, ça valait le coup d'attendre. Very cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur M. Fletcher
Admin
Admin
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 01/12/2016
Etudes, métier : "Y en a qu'appellent ça de la camelote, moi j'appelle ça des trésors..."
Baguette : Bois d'Aubépine, Cheveu de Vélane, 34 cm, souple.

MessageSujet: Re: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   Sam 11 Mar - 17:40



Bienvenue à MACUSA

L'attente en valait la peine !


Félicitations !



C'est un plaisir de lire une fiche aussi soignée, réellement ! D'autant plus que le choix de l'avatar est particulièrement plaisant Félicitations pour la rédaction de ta fiche et pour ta validation, nous sommes particulièrement pressées de jouer à tes côtés. En somme : bienvenue et bon jeu ! blbl


Bravo, nouveau petit new-yorkais, tu as été acceptée ! Tu peux déjà aller recenser ton avatar, nous renseigner ton métier, ton logement et tes particularités. Penses également à nous faire une petite fiche de liens, pour que l'on puisse commencer l'aventure ensemble. N'oublie pas de voter pour les sujets que tu as préféré pour élire le membre du mois et de poster régulièrement pour gagner des dragots et acheter ce qui te fait envie au marché noir. Suis régulièrement le panneau des événements et les annonces, histoire de pas rater les fêtes prévues. Nous restons disponibles par hiboux et patronus si tu as la moindre question ou suggestion !

HAVE FUN !



black pumpkin



black pumpkin

_________________
C'est pas moi, M'sieur l'agent
Vous passerez l'bonjour à vot'femme, quelle charmante personne... Comment je la connais... Je... Je... Eh merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Père Edgar
Admin
Admin
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 18/03/2017
Etudes, métier : Serviteur de Dieu
Baguette : 23 cm de chair et de gland , surmontée par ses testicules

MessageSujet: Re: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   Mar 21 Mar - 3:28

Une fiche d'une qualité exemplaire, complète et intrigante, au plaisir de te relire.
Bienvenue !

_________________
«Beata Maria, je clame que mon âme est pure. De ma vertu j'ai droit d'être fier. Beata Maria, mon coeur a bien plus de droiture qu'une commune vulgaire foule de traîne-misère...»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Warren Van Kleef - Au fil de la baguette...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oh, ça tourne. [Crystal & Warren]
» Melinda Warren [Terminée]
» C'est le temps des explications... (Hope et Warren ♥)
» Une baguette dans le caniveau (PV Alix)
» [Test] Quelle baguette magique vous aurait choisi ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MACUSA :: WELCOME, DEAR ! :: INTRODUCTION :: ACCEPTED-
Sauter vers: