AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Daisy] Bring on the men.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daisy Gloom
Admin
Admin
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 06/03/2017
Baguette : Bois de poirier, 27 centimètres, crin de licorne, souple

MessageSujet: [Daisy] Bring on the men.    Mer 29 Aoû - 23:04

NOM
Prénom

NOM
Prénom

Jamais elle n'avait autant redouté une performance. Dissimulée derrière le rideau de velours pourpre qui s'écarterait pour révéler son entrée sur scène, Daisy patientait, tête baissée. Elle prenait de grandes inspirations et expirait par la bouche, comme l'expérience du métier lui avait appris à faire depuis plusieurs années. Cette fois-ci, même cet exercice ne parvint pas à apaiser totalement ses nerfs. Son corps tremblait sous l'ébullition de la salle, qu'elle percevait à travers le tissu. La chanson qu'Arthur lui avait intimé de chanter ce soir-là... Etait une torture pour la jeune chanteuse. Elle releva rapidement la tête lorsque le rideau s'écarta soudainement, et prit de plein fouet la lumière artificielle qui la plaçait au centre de l'attention. Les premières notes la forcèrent à diriger son regard sur le public. En croisant le regard dur de son amant, elle entama la chanson, profitant de la mélodie d'abord triste pour faire résonner toute sa solitude, malgré les paroles. There was a time... I don't know when, I didn't have much time for men. But this is now, and that was then, I'm learning. A girl alone, all on her own, must try to have a heart of stone... Puis venaient les paroles qui annonçaient le début de son calvaire. Il s'agissait là de la chanson la plus suggestive qu'elle n'ait jamais chanté. On attendait d'elle qu'elle devienne soudainement joueuse et séductrice, aussi s'en donna-t-elle l'air sans que jamais ses yeux ne s'illuminent.

So I try not to make it known my yearning
I try to show I have no need
I really do, I don't succeed...


Les notes qui suivaient étaient autant une honte qu'une délivrance. Si les paroles qu'elles contenaient étaient honteuses, elles avaient le mérite de faire porter sa voix et lui laissaient l'opportunité d'en montrer toute l'étendue. Tandis qu'elle chantait le refrain, elle évita le regard de toute personne. So lets bring on the men, and let the fun begin, a little touch of sin. Why wait another minute ? Step this way it's time for us to play, they say we may not pass this way again so let's waste no more time, bring on the men... D'aspect, elle était particulièrement enjouée comme le suggérait le rythme. L'image parfaite du fantasme de la jeune chanteuse inaccessible. Intérieurement, elle avait le sentiment de porter volontairement sa main au feu et d'en supporter la morsure par peur d'un châtiment pire encore. Chaque parole de plus lui donnait la nausée. Elle avait le sentiment de se prostituer, ce à quoi elle avait déjà échappé de justesse entre les mains d'Arthur. I always knew, I always said a silk and lace in black and red will drive a man right off his head, it's easy... Elle eut le malheur de croiser le regard lubrique de deux hommes côte à côté, ce qui l'encouragea à clore les paupières, de peur de se liquéfier sur place de gêne. So many men, so little time... I want them all, is that a crime ? Le "Non !" tonitruant de l'assistance la fit rougir d'embarras. Nul doute que ces messieurs pensaient qu'elle était flattée, voire échauffée par le caractère sexuel de la chanson. Le regard clair et féminin qu'elle croisa lorsqu'elle consentit à rouvrir les yeux acheva de colorer ses joues d'un pourpre qui ne perdit pas en teinte tout le long de sa performance. I don't know why they say that I'm too easy...

Tout son désespoir, elle le hurla dans les paroles suivantes. They make me laugh, they make me cry, they make me sick, so God knows why... Puis elle fut forcée d'interrompre sa complainte en entonnant à nouveau l'air entêtant du refrain. Une complainte qu'elle eut l'occasion de reprendre une dernière fois. They break your heart, they steal your soul, take you apart and yet they somehow make you whole. So what's their game ? I suppose a rose by any other name, the perfume and the pricks the same... Finalement, vinrent les paroles qui la firent chanceler. Rares furent les fois où elle s'était autant rebutée qu'en prononçant ces mots :

I like to have a man for breakfast each day, I'm very social and I like it that way. By late mid-morning I need something to munch, so I ask over men for lunch. And men are mad about my afternoon tea's, they're quite informal I just do it to please. Those triple sandwiches are my favorite ones... I'm also very, partial to buns.

Cette dernière phrase, qui faisait référence à un désir pour les femmes, lui fit monter les larmes aux yeux. Elle les chassa en secouant brièvement la tête et continua, déterminée à en finir au plus vite avec ce tourment qu'elle n'avait pas même loisir d'afficher.

My healthy appetite gets strongest at night
My at home dinners are my men friends delight
When I invite the fellas over to dine
They all come early, in bed by nine!


Finalement, son supplice prenait fin. Elle entama une dernière fois le refrain, et plaça toute la force de ses émotions négatives dans la dernière note tenue qui fit retentir sa voix de la plus charmante des manières, mais qui contenait toute la souffrance de ce bout de femme.

So let's bring on the men
And let the fun begin
A little touch of sin
Why wait another minute
Step this way it's time for us to play
They say we may not pass this way again
So let's waste no more time
Bring on the men!


Lorsqu'elle se tut, elle était essoufflée. Des mèches blondes lui collaient au front et le bourdonnement dans ses oreilles couvrait le vacarme des applaudissements et des chaises qui grincèrent suite à l'enthousiasme intempestif du public, qui s'était levé dans un même élan pour "récompenser" sa performance. Vidée, et comme un automate, elle salua et quitta la scène sans se retourner. Rejoignant au plus vite l'isolement salvateur de sa loge et souhaitant recouvrer un semblant de sa dignité bafouée.

_________________

But hurry, let's entwine ourselves as one, our mouth broken, our soul bitten by love, so time discovers us safely destroyed.

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Daisy] Bring on the men.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Dreamers bring ideas, projects to post-quake Haiti
» Les joies de la famille... ♥ [Daisy]
» Daisy veut venger la mort de sa mère
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MACUSA :: NEW YORK CITY :: BRONX :: CITY ISLAND-
Sauter vers: