AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Janvier 1899/ Ohio - Famille Travers]Lettre aux Travers écrite par un petit garçon nommé Edgar.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Père Edgar
Admin
Admin
avatar

Messages : 145
Date d'inscription : 18/03/2017
Etudes, métier : Serviteur de Dieu
Baguette : 23 cm de chair et de gland , surmontée par ses testicules

MessageSujet: [Janvier 1899/ Ohio - Famille Travers]Lettre aux Travers écrite par un petit garçon nommé Edgar.   Sam 10 Juin - 17:57

Edgar
&
Helen




La nuit du 8 au  9 janvier 1899 Edgar écrivit  avec ses mots une longue lettre – pour un petit garçon - à ses géniteurs, la posa sur la table du salon, il prit son sac, et partit en fermant silencieusement la porte de la maison qui l'avait vu grandir, à tout jamais. Une nouvelle vie commençait pour lui le jour de sa treizième année  sur les terres du Seigneur tout puissant.  


"Père, Mère, Helen,
Monsieur et Madame Travers,

Nous sommes le 9 janvier, date de ma mise au monde, je commence ma nouvelle vie. J'ai pris une décision importante cette nuit. Il y a longtemps déjà que je pensais le faire mais c'est cette nuit que je me suis décidé. Lorsque vous lirez cette lettre je serai déjà très loin. Madame Travers, inutile d'abandonner la lecture pour retrouver votre fils, Monsieur Travers vous en empêchera, vous savez tous deux quelles seraient les conséquences. Je ne veux pas que l'on m'oubliette, je crois que c'est comme cela que l'on dit, parce que je suis un Cracmol, un sans-pouvoirs. Réfléchissez, il sera bien moins douloureux pour vous comme pour moi de ne pas avoir à savoir ce que vous avez fait. Vous vivrez sans cette culpabilité, et moi, je vivrai en ayant pu choisir.  

Je n'ai peut-être que 13 ans mais je sais ce que je veux, et ce que je ne veux pas.  Je ne veux plus vous considérer comme ma famille. La petite Helen que vous avez engendrée a été le début d'une longue succession de mauvaises nouvelles. Je pensais que je pourrai être un grand-frère exemplaire, c'est-ce que vous m'aviez dit, ce que vous m'aviez promis, être un exemple pour elle. Au lieu de cela, elle ne fait que nous rappeler tous les jours à quel point elle est douée en magie et pas son frère. Je ne vous appellerai plus jamais "Papa", "Père", "Maman" ou "Mère" comme  cela fait 5 ans que je n'ai jamais appelé Helen "petite sœur".  C'est ma décision, ce ne sont pas les lois qui nous obligent à nous oublier, à nous séparer, je le fais de moi-même. Je suis parti. Je ne reviendrai jamais. Je souhaite que vous ne me cherchiez pas. Je veux que vous détruisiez cette lettre.  N'appelez pas les autorités parce que cela ferait de vous des êtres abominables. Ils me ramèneront à vous, pour un an tout au plus avant de me jeter le sort, et alors vous perdrez votre "enfant" et vous aurez bafoué sa dernière volonté, sa dernière demande, la seule qu'il ne vous ait réellement faite.

Je ne vous dirai pas où je compte aller, je crois que je ne sais pas si ce que je cherche existe, tout ce que je sais c'est que Dieu a une place pour moi, et que je trouverai l'endroit où il veut que je me trouve, et que j'y resterai, à son service. Je vais me ranger dans les ordres religieux. Dans les autres contrées, il parait que certains lieux de culte acceptent les jeunes enfants pour leur apprendre les fondamentaux. C'est là que je serai, mais il sera inutile de me chercher, je changerai d'identité dès que je le pourrai.

A part mon sac à dos, ma Bible, deux tenues, un couteau de cuisine, mes quelques livres et quelques vivres j'ai laissé ma chambre rangée, et je n'ai rien pris, vous pourrez tout donner à votre petite fille si gâtée déjà. Lancez lui un sort avec votre baguette, elle ne saura jamais que j'ai existé, elle sera votre enfant modèle.

Je vous dis "Au revoir",
Edgar.



CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helen Murray (Travers)

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 03/04/2017

MessageSujet: Re: [Janvier 1899/ Ohio - Famille Travers]Lettre aux Travers écrite par un petit garçon nommé Edgar.   Mar 20 Juin - 20:51

 
Janvier 1899 / Ohio - Famille Travers

Le point de vue d’une petite fille de cinq ans …


Des cris. Beaucoup de cris. Une dispute ? Oui c’était une dispute. Elle reconnaissait la voix de maman. Et papa qui essayait de parler plus fort encore. Pourquoi criaient-ils ? Elle avait encore sommeil. Etait-il déjà l’heure de se lever ? Pourtant maman n’était pas venue lui faire son bisou de matin. Et maman ne manquait jamais le bisou du matin. Maintenant elle croyait entendre des larmes. Sûrement maman. Car papa ne pleurait jamais, papa était un homme très fort, il soulevait toujours beaucoup de choses à la fois pour plaire à maman. Il aimait bien quand elle lui disait qu’il était fort.

Elle frotta ses yeux de ses menottes et se leva de son lit en sautant dans ses chaussons. Elle ignorait ce qui se passait. Mais elle n’aimait pas beaucoup tout ce bruit. Il abîmait ses oreilles et la faisait grimacer. Lentement alors, elle chercha la seule source de réconfort qui lui était venue à l’esprit : Egar. Sur le seuil de la chambre, elle poussa la porte lentement et trouva un lit entièrement vide. Se cachait-il parce qu’il avait peur lui aussi ?

« Egar ? » appela-t-elle doucement.
Rien.
« Egar t’es caché ? Eeeegar ? »
Mais il n’y avait que le silence pour répondre.

L’enfant qu’elle était ouvrit alors la penderie et y trouva un vide qu’elle ne comprit pas. Elle s’était cachée plus d’une fois ici pour s’amuser avec Edgar, et elle aurait juré que des vêtements s’y trouvaient. Même qu’une fois, une chemise lui était tombée sur la tête et qu’elle l’avait enfilée. Bien trop grande pour elle…
Alors elle l’appela encore et comme personne ne lui répondait, elle descendit tout doucement les escaliers de bois. Les marches étaient toujours aussi hautes… Vivement qu’elle devienne grande elle aussi !

« Arrête, ne fais pas ça !
- Il est parti, Mary. Parti ! Il faut faire ce qu’il nous a demandé.
- Donne-moi cette lettre, Danny ! Ce n’est qu’un enfant et …
- Ton fils n’est plus Mary, il a fait son choix et tu dois le respecter ! Il ne rentrera pas. C’est fini. Nous allons brûler cette lettre et protéger Helen …
- Me protéger ? Pouquoi ? Maman où est Egar ?»

Sa petite voix fluette s’était élevée tandis qu’elle se trouvait sur la dernière marche de l’escalier. On parlait d’elle mais elle ne savait pas pourquoi. Maman avait le visage rougi par les pleurs, elle semblait sur le point de tomber, tandis que Papa tenait dans sa main un bout de papier. Un drôle de bout de papier. Y avait quelque chose d’écrit en tout petit dessus. Elle pointa du bout du doigt, dans un regard interrogateur. Etait-ce pour ce bout de papier qu’ils se battaient ? Elle en avait plein ses tiroirs.

« J’ai plein de papiers moi si vous … » commença-t-elle dans un grand sourire conciliant.

Le papier vola dans les mains de maman qui avait sorti sa baguette magique. Papa, quoi que surprit, ne répliqua pas et soupira, tristement. Maman avait gagné apparemment. Sauf que Papa ne devait réellement pas être content car il pointait désormais sa baguette sur elle, alors qu’elle n’avait rien fait. Il avait un drôle de regard. Un regard qui ne lui plaisait pas du tout.

« Danny, non, ne fais pas ça. Elle a le droit de savoir.
- Elle sera mieux sans, Mary, tu le sais aussi bien que moi. »

Elle ne comprenait pas, mais elle avait encore plus peur. Que voulait-il lui faire ? Allait-il la punir parce qu’elle avait fait quelque chose de mal ? Fallait-il vraiment la punir ? Elle serait plus sage à l’avenir, elle le promettait. D’une voix faible, elle le supplia, tout en se protégeant le visage des mains, apeurée.

« Non, je veux pas… Je veux pas … »

Et elle ne voulut tellement pas que lorsque Papa prononça la formule, elle se retrouva sur le haut de l’armoire du salon ! C’était drôlement haut tout de même ! Comment avait-elle fait ? Elle allait forcément tomber ! Elle n’était pas comme Pistache qui retombait toujours sur ses pattes lui !
De peur, elle se cacha comme elle pouvait dans ses bras. Elle allait être encore plus punie …

« Padon… » chuchota-t-elle en chouinant.

Maman eut d’abord une main devant la bouche, choquée et se précipita pour lui tendre ses bras, pour la réconforter. Mais elle, elle ne voyait que Papa et sa baguette à la main…




[ D’un commun accord, ils laissèrent toute sa mémoire à l’enfant fragile qu’elle pouvait être parfois. Mary Travers pleura beaucoup, pour ne pas dire toutes les nuits, serrant contre son cœur la lettre de son fils perdu. Helen posa mille questions notamment la fameuse : « Où est Egar ? » et pendant un temps, elle sentit sa mère distante, comme si elle était coupable de quelque chose...
Cette même-lettre, Helen la volerait à sa mère, la veille de son périple à Ilvermorny, et jamais elle ne la lui redonnerait. Au contraire, Helen la conservait toujours dans son sac, comme une preuve d’abandon, un témoin de ce qu’elle devait accomplir. ]






Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Père Edgar
Admin
Admin
avatar

Messages : 145
Date d'inscription : 18/03/2017
Etudes, métier : Serviteur de Dieu
Baguette : 23 cm de chair et de gland , surmontée par ses testicules

MessageSujet: Re: [Janvier 1899/ Ohio - Famille Travers]Lettre aux Travers écrite par un petit garçon nommé Edgar.   Sam 8 Juil - 22:43




11 janvier 1899
Ohio




Cher journal, cher Dieu,

Oralement, je vous parle toute la journée mais j’ai peur d’oublier, j’ai donc décidé de poser sur le papier mes émotions, mes pensées, mes idées pour que mon cerveau ne les perde pas. Nous sommes le 11 janvier 1899, voilà déjà deux jours que je me suis mis en marche. Deux jours que j’ai tout laissé derrière moi, foyer, famille, habitudes… rien de bien important, dans mon cas, c’est vrai.  Je sais que j’ai pris la bonne décision, j’en suis intimement convaincu, et pourtant règne en moi une sensation de vide. Ce n’est pas cette boule au ventre que j’avais imaginé comme celle de sensation de liberté… Je me lamente beaucoup mais je n’ai pour moi que ma foi, pardonnez-moi mon Seigneur, donnez-moi la force et le courage de trouver ma place, éclairez moi, montrez-moi le chemin, laissez-moi percevoir un signe, quelque chose, n’importe quoi.

Avant de partir j’ai regardé la carte de l’Amérique que papa monsieur Travers avait épinglée dans son bureau de travail, j’ai tenté de mémoriser les états mais je n’ai pas pu tous les retenir de tête, j’ai donc dessiné la carte à la main en prenant garde de bien délimiter les frontières de chaque contrée.  

Le départ, maison des Travers, Elyria, après plus de dix heures de route j’ai fait une halte rapide à Norwalk. Je ne m’y suis pas attardé de peur que la police ne soit lancée à mes trousses. Je suis passé par New London, Willard, j’ai contourné New Washington, puis Richwood. Je suis actuellement en train d’écrire ces quelques lignes de la forêt de Springfield, je vais y faire un somme. Demain matin je cirerai quelques paires de chaussures pour me faire quelques piécettes, me racheter quelque vivres et repartir en direction de Nashville. Je n’attends qu’une seule chose, quitter cet état de malheur, pour l’instant tout me semble familier, je veux changer de décor pour enfin tourner la page.

A bientôt cher journal.

PS : Je me demande quel choix ont fait les Travers…


Edgar Travers



_________________
«Beata Maria, je clame que mon âme est pure. De ma vertu j'ai droit d'être fier. Beata Maria, mon coeur a bien plus de droiture qu'une commune vulgaire foule de traîne-misère...»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Janvier 1899/ Ohio - Famille Travers]Lettre aux Travers écrite par un petit garçon nommé Edgar.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Janvier 1899/ Ohio - Famille Travers]Lettre aux Travers écrite par un petit garçon nommé Edgar.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dragan Tiril [Seigneur Protecteur d'Ardamir]
» Lettre ouverte de la famille de François R. Marcello, enlevé le 12 janvier.
» Prix du petrole a travers le temps
» A travers la montagne. [PV Peintre]
» Courant a travers bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MACUSA :: VOLIÈRE ET PENSINE :: PENSINE-
Sauter vers: