AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Clayton/Ludmila

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ludmila E. Iranov

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 16/04/2017

MessageSujet: Clayton/Ludmila   Jeu 20 Avr - 18:34



Clayton & Ludmila

La rencontre entre deux plantes


La petite fille court dans le jardin fleurit de cette petite demeure perdue au fin fond de la Russie. Elle rit, elle rit aux éclats s'amusant à poursuivre un majestueux papillon aux nuances de bleu et de violet. Alors que celui-ci s'envole plus haut dans les airs, la petite rousse s'arrête, une moue se dessinant sur son visage, elle finit par se laisser tomber en arrière dans la pelouse qui l'accueil tel un matelas. Lorsque son dos entre en contact avec l'herbe ….

Ludmila se réveille en sursaut, la respiration rapide et le cœur battant à un rythme tout aussi rapide. La jeune femme glisse une main dans sa longue chevelue rousse avant de se lever pour aller boire un grand verre d'eau fraiche. Le programme d'aujourd'hui est de se rendre au parc pour s'y promener et se vider l'esprit une nouvelle fois. Depuis qu'elle est ici, Ludmila aime se réfugier dans ce sublime jardin botanique, accueillant de nombreuse plante, certaines lui sont totalement inconnues. Le climat entre les Etats-Unis et la Russie n'étant pas le même, les plantes qu'on y trouve sont tout aussi différentes. Il est presque neuf heures lorsqu'elle décide enfin d'aller se préparer.
Cela fait seulemet quelques mois qu'elle a emménagé dans ce nouvel appartement, grâce à sa promotion, Ludmila passe d'un une pièce à un deux pièces. Comme c'est agréable d'avoir sa chambre séparée du salon salle à manger cuisine. C'est vêtue d'une jupe en faux cuir moutarde et d'un chemisier blanc qu'elle s'approche de son dragon miniature.

- Viens par là toi. Si je te laisse dehors tu vas encore essayer de brûler quelque chose …

Ludmila dépose alors son dragon dans sa maison, une cage parfaite pour lui et bien aménagé. La jeune Iranov et les créatures ? Une grande histoire d'amour. Elle râle quand il tente de mettre le feu à sa crinière avant d'enfin mettre son manteau vert pour quitter l'appartement. Des goûts vestimentaires élégants pour certain, spéciaux pour d'autre, qu'importe, Ludmila aime ce qu'elle porte de plus le vert et la couleur moutarde lui vont à ravir. C'est d'un pas rapide qu'elle prend la direction du parc non loin de chez elle.

Lorsqu'elle est en repos, Ludmila aime profiter de sa journée sans pour autant rester enfermer dans son appartement. En ce moment, au Macusa, la jeune femme et ses collègues ont des piles impressionnantes de dossier, à croire que les créatures se sont données le mots. Entre celles qui sont vendues au marché noir, celles dont les propriétaires tentent de les faires rentrer discrétement sur le territoire et celles qui arrivent seules, c'est compliqué à gérer. Ludmila met un point d'honneur à protéger ses créaturs quelles qu'elles soient et il est hors de question pour elle que leurs vies soient en danger, celles des sorciers aussi voyons …

Il est presque onze heures lorsque Ludmila entre dans le jardin botanique, un sourire radieux sur les lèvres. Elle parcourt les allées jusqu'à se retrouver nez à nez avec une nouvelle plante. Une plante ressemblant fortement à un cactus mais de couleur grise avec des postules qui crachent du liquide lorsque la plante se sent en danger.

- Une ... Mimbulus Mimbletonia ?

Ludmila hausse les épaules n'étant pas certaine d'elle et elle ne voulait pas le vérifier par elle-même. La jeune femme regarde autour d'elle, il y a peu de monde mais une personne attire son attention. Quelqu'un de grand, de maniéré, d'ailleurs c'est la première chose qu'elle a remarqué chez lui, ses manières. Il dégage quelque chose de particulier, il est différent des autres c'est certain.

- Excusez-moi !

Ludmila se place face à lui, un petit sourire les lèvres avant de pointer du doigt la fameuse plante.

- C'est une Mimbulus Mimbletonia ?  
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clayton Ackley
Sérial Posteur
Sérial Posteur
avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 08/02/2017
Age : 31
Etudes, métier : Botaniste/Herboriste, Globe-trotteur
Baguette : Bois de vigne, Épine de monstre du Fleuve Blanc, 33cm, flexible

MessageSujet: Re: Clayton/Ludmila   Sam 22 Avr - 21:21

Clayton & Ludmila
La rencontre entre deux plantes
*Clayton Ackley s'était réveillé de la même manière qu'il s'éveillait chaque dimanche matin, à savoir beaucoup trop tard et beaucoup trop mal en point, essayant de se remémorer le nombre de vendredis soirs qu'il y avait eut dans la semaine. Heureusement pour lui, il avait sa botte secrète pour laver son corps et son visage des désastreux abus qui accompagnaient son quotidien et plus encore son week end : un mélange d’œufs de salamandre, de jus de prune dirigeable, d'yeux de poisson fumeur, de secrétions de bandimon, de ginseng et de tabasco. Le tout donnait une boisson verdâtre à l'aspect argileuse parfaitement répugnante mais efficace. Encore qu'il soupçonnait le tabasco d'y être pour beaucoup.

Après avoir avalé ce qu'il n'oserait qualifier de petit-déjeuner, il avait poursuivi son rituel, à savoir prendre une longue douche chaude, choisir sa tenue avec soin, plaquer du mieux qu'il pouvait ses cheveux et sortir pour une promenade au grand air ou, lorsqu'on vivait à New York, là où l'air était le plus respirable. Pour ce début de journée, il avait choisi le jardin botanique de Brooklyn. Le printemps montrait ses premiers signes de renaissance, c'était un spectacle dont il ne se lassait jamais et, accessoirement, il y avait planté des plantes magiques avec lesquelles il espérait causer quelques dommages à des non-majs imprudents, juste par distraction.

Comme souvent en ce jour et en cette saison, le parc était relativement calme. Il eut alors tout le loisir d'admirer la croissance du Mimbulus Mimbletonia qu'il avait planté il y a 15 jours en espérant jouer un mauvais tour, plus drôle que méchant, à celui qui oserait fricoter d'un peu trop prêt avec la plante susceptible. Il s'était éloigné de quelques pas dans l'allée, s'apprêtant a aller voir les cerisiers qui devaient être encore en fleur, quand quelqu'un le héla dans son dos. Il eut juste le temps de se retourner en glissant sur ses pieds, qu'une petite rousse vint se planter devant lui pour l'interroger. Le sujet de sa question lui permit de comprendre qu'il ne s'agissait pas d'une non-maj, il put donc balayer toute trace d'ennui de son visage.*

En effet, bien vu.

*Lui répondit-il en baissant son regard sur la plante restée dans son dos. Il fut pris alors de remords... non pour les non-majs, mais pour ce pauvre végétal seul, en territoire ennemi, au milieu de plantes non magiques. Il contourna la petite rousse, jeta un coup d’œil aux alentours pour vérifier qu'ils étaient bien seuls, et entreprit de déraciner le cactus avec soin. L'opération ne lui prit que quelques minutes durant lesquelles il se justifia de manière malhabile mais naturel. Il était capable de dégainer les mensonges plus vite qu'un auror d'élite sortait sa baguette.*

Je le cherchais justement, une petite étude sur la résistance des Mimbulus Mimbletonia en milieu froid.

*Il releva son regard vers la demoiselle tout en miniaturisant la plante à l'aide d'un sort de rétrécissement*

Je suis botaniste. Et vous êtes ?

*Il sortit un petit pot en verre dans lequel il plaça le plant. Il sortit ensuite un mouchoir blanc dans lequel il essuya le plus gros de la terre qu'il avait sur les mains avant de saisir sa baguette pour terminer son nettoyage d'un recurvite. Il se releva enfin en levant le pot au soleil pour en observer le contenu et sourit alors à la jeune femme avec plus de naturel.*

Il a survécu ! Enchanté, Clayton Ackley. C'est rare de croiser des adeptes de botanique sorcière.

*Dit-il en tendant sa main libre baguée de multiples chevalières.*
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludmila E. Iranov

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 16/04/2017

MessageSujet: Re: Clayton/Ludmila   Lun 1 Mai - 21:57

Clayton Ackley a écrit:
Clayton & Ludmila
La rencontre entre deux plantes
Ludmila hausse un sourcil. Une étude ? En milieu froid ? Ludmila n'a clairement pas la même définition de ce mot, elle qui vient de Russie, elle connait le froid, le vrai froid. Les journées où la neige ne cesse de tomber ou encore les journées avec une température en négatif alors pour elle New York est loin d'être une ville froide. De plus, ces derniers jours n'ont pas été extrêmement froid mais plutôt doux, du moins pour elle car quand on vient de Russie, les hivers dans les autres pays ressemblent plutôt à l'automne.

- Je vous conseille de planter ça en Russie si vous souhaitez étudier la vie, le développement de la plante en milieu froid. New York est loin d'être une ville froide …

La jeune femme sourit doucement, la Russie est surement un pays extrême, d'un côté on a un désert de sable et de l'autre un désert de glace, des températures extrêmes aussi. Le fait de repenser à son pays natale procure un pincement au cœur de la jeune femme et un air de nostalgie s'installe sur son visage. La rousse finit par secouer légèrement la tête, regardant Clayton retirer la plante de la terre et l'enfermer dans un pot pour pouvoir la transport, elle hausse un sourcil, plutôt curieuse avant de sourire et de venir serrer sa main.

- Enchantée, je m'appelle Ludmila, Ludmila Anastasia Iranov.

Evidemment, elle esquive la question sur son métier, raconter au premier venu qu'elle travaille au Macusa et contrôle les entrées et les sorties de créatures magiques, ce n'est pas vraiment une bonne idée. Elle se contente alors de sourire avant de lâcher sa main pour la glisser dans ses cheveux.

- Oh oui, je me doute bien. C'est toujours plus agréable de faire partie des exceptions je trouve, non ? En tout cas, très belle plante, c'est la première fois que j'en vois une en dehors de mes livres de botanique et je dois dire qu'elle tient bien sa réputation. D'ailleurs … Je me demande si elle a craché sur des Moldus ou encore des sorciers ne connaissant rien à cette plante …

Ludmila lève la tête vers le ciel en imaginant un instant la scène, plutôt drôle il faut l'admettre. Elle lâche alors un petit rire avant de reposer son regard sur Clayton. Quelque chose lui traverse alors l'esprit.

- Comme vous êtes botaniste … Puis-je vous demander votre aide ? Mon mini magyar ne se porte pas très bien, il vit mal ce temps humide et crachotte un peu en ce moment. Je pense qu'un remède à base de plantes pourrait l'aider mais je ne sais pas quoi … Une idée ?

En fait, Ludmila sait très bien ce qu'il faut, ou presque mais aujourd'hui elle est d'humeur taquine et elle aimerait voir les capacités de ce drôle de botaniste, un botaniste qui l'intrigue de plus en plus. Après tout, qui dit qu'il n'est pas ici simplement pour voler cette plante et la revendre dans le but d'empocher beaucoup d'argent ? Depuis qu'elle a intégré le Macusa, Ludmila s'avère être quelqu'un de plus en plus suspicieux, s'imaginant tout un tas de déroulement à ses rencontres, parfois assez farfelues il faut l'admettre.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludmila E. Iranov

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 16/04/2017

MessageSujet: Re: Clayton/Ludmila   Lun 1 Mai - 21:58

Clayton Ackley a écrit:
Clayton & Ludmila
La rencontre entre deux plantes
Ludmila hausse un sourcil. Une étude ? En milieu froid ? Ludmila n'a clairement pas la même définition de ce mot, elle qui vient de Russie, elle connait le froid, le vrai froid. Les journées où la neige ne cesse de tomber ou encore les journées avec une température en négatif alors pour elle New York est loin d'être une ville froide. De plus, ces derniers jours n'ont pas été extrêmement froid mais plutôt doux, du moins pour elle car quand on vient de Russie, les hivers dans les autres pays ressemblent plutôt à l'automne.

- Je vous conseille de planter ça en Russie si vous souhaitez étudier la vie, le développement de la plante en milieu froid. New York est loin d'être une ville froide …

La jeune femme sourit doucement, la Russie est surement un pays extrême, d'un côté on a un désert de sable et de l'autre un désert de glace, des températures extrêmes aussi. Le fait de repenser à son pays natale procure un pincement au cœur de la jeune femme et un air de nostalgie s'installe sur son visage. La rousse finit par secouer légèrement la tête, regardant Clayton retirer la plante de la terre et l'enfermer dans un pot pour pouvoir la transport, elle hausse un sourcil, plutôt curieuse avant de sourire et de venir serrer sa main.

- Enchantée, je m'appelle Ludmila, Ludmila Anastasia Iranov.

Evidemment, elle esquive la question sur son métier, raconter au premier venu qu'elle travaille au Macusa et contrôle les entrées et les sorties de créatures magiques, ce n'est pas vraiment une bonne idée. Elle se contente alors de sourire avant de lâcher sa main pour la glisser dans ses cheveux.

- Oh oui, je me doute bien. C'est toujours plus agréable de faire partie des exceptions je trouve, non ? En tout cas, très belle plante, c'est la première fois que j'en vois une en dehors de mes livres de botanique et je dois dire qu'elle tient bien sa réputation. D'ailleurs … Je me demande si elle a craché sur des Moldus ou encore des sorciers ne connaissant rien à cette plante …

Ludmila lève la tête vers le ciel en imaginant un instant la scène, plutôt drôle il faut l'admettre. Elle lâche alors un petit rire avant de reposer son regard sur Clayton. Quelque chose lui traverse alors l'esprit.

- Comme vous êtes botaniste … Puis-je vous demander votre aide ? Mon mini magyar ne se porte pas très bien, il vit mal ce temps humide et crachotte un peu en ce moment. Je pense qu'un remède à base de plantes pourrait l'aider mais je ne sais pas quoi … Une idée ?

En fait, Ludmila sait très bien ce qu'il faut, ou presque mais aujourd'hui elle est d'humeur taquine et elle aimerait voir les capacités de ce drôle de botaniste, un botaniste qui l'intrigue de plus en plus. Après tout, qui dit qu'il n'est pas ici simplement pour voler cette plante et la revendre dans le but d'empocher beaucoup d'argent ? Depuis qu'elle a intégré le Macusa, Ludmila s'avère être quelqu'un de plus en plus suspicieux, s'imaginant tout un tas de déroulement à ses rencontres, parfois assez farfelues il faut l'admettre.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clayton Ackley
Sérial Posteur
Sérial Posteur
avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 08/02/2017
Age : 31
Etudes, métier : Botaniste/Herboriste, Globe-trotteur
Baguette : Bois de vigne, Épine de monstre du Fleuve Blanc, 33cm, flexible

MessageSujet: Re: Clayton/Ludmila   Jeu 4 Mai - 15:07

Clayton & Ludmila
La rencontre entre deux plantes
La Russie est un peu loin et extrême pour une première étude, vous ne trouvez pas ? Les Mimbulus Mimbletonia sont originaires de Mésopotamie, la différence de température avec New-York est déjà significative, c'est un cactus après tout. Sans compter que les portoloins pour l'étranger ne s'obtiennent pas si facilement avec la politique de repli mise en place par le Macusa, mais puisque les premiers essais sont concluant, alors peut être que je poursuivrai la démarche en me rendant aux pays des soviets ! Enchanté Ludmila Anastasia Iranov, joli nom bien que pas très concis. Je suppose à présent que vous avez des origines Russes ?

*Il allait ranger sa plante dans la même poche que celle dans laquelle il venait d'enfiler sa baguette mais eut une hésitation. Finalement, il la garda encore en main quelques instants tout en répondant à la rousse dont il était en train de faire la connaissance. Il répondit à sa question après s'être mordu brièvement la lèvre pour contenir son amusement.*

Je ne pense pas, toutes ses pustules m'ont semblé intactes au premier coup d’œil, mais il faudrait l'inspecter plus en détail pour s'en assurer. Ce n'est pas une plante que je qualifierais de belle mais si elle vous plaît, tenez.

*Il lui tendit le minuscule pot en verre.*

Un sortilège d'engorgement lui rendra sa taille, et je vous conseille de l'arroser chichement, de le mettre dans une terre argileuse, et à un emplacement bien ensoleillé.

*Une lueur d'intérêt s'alluma dans son regard à l'évocation du dragon miniature. Clayton était passionné de magizoologie depuis son premier jour à Ilvermony, mais comme pour tous les amateurs du genre, l’Amérique était un pays bien frustrant. Sa passion avait toutefois trouvé son épanouissement durant ses voyages, un petit plaisir égoïste qu'il s'offrait à chaque fois qu'il en avait l'occasion. Il avait ainsi pu admirer de nombreux spécimens mais hélas pour lui, il n'avait encore jamais eu l'occasion de voir des dragons. Il questionna sa nouvelle meilleure amie en baissant la voix, le Macusa avait des oreilles partout pensa-t-il sans se douter qu'il avait en face de lui l'un de ses représentants.*

Vous possédez un dragon miniaturisé ? Un mâle ou une femelle ? Et bien je ne suis pas vétérinomage, dit-il en se grattant la tempe, mais il ne souffrirait pas du syndrome de Squabbs votre dragon par hasard ? En attendant mieux, les infusions de thym ou d'armoise, selon le type de toux, fonctionnent pas mal, du moins sur les humains.

*Il croisa les mains dans son dos et sourit à la jeune femme en sautillant très légèrement sur ses pieds.*

Je vais devoir être gentil avec vous si je veux espérer qu'un jour vous me le montriez... ou vous menacer de vendre la mèche au Macusa ! Rassurez-vous, c'est une plaisanterie, dit-il précipitamment, je ne ferai jamais ça.

*Et s'il y avait bien quelqu'un en qui ont pouvait avoir confiance pour cacher des choses au gouvernement, c'était bien lui.*
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludmila E. Iranov

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 16/04/2017

MessageSujet: Re: Clayton/Ludmila   Jeu 4 Mai - 23:04

Clayton Ackley a écrit:
Clayton Ackley a écrit:
Clayton & Ludmila
La rencontre entre deux plantes
En effet, la Russie est un lointain pays et au climat extrême, bien que d'autres choses soient encore plus extrêmes. Ludmila ne se rendait pas totalement compte du climat de la Russie. Lorsque vous avez passé une partie de votre vie dans un pays où la neige tombe réguliérement l'hiver, où les températures sont bien en dessous de zéro, il est difficile de bien se rendre compte. Certe, en arrivant aux Etats-Unis, Ludmila a eu du mal à s'adapter à ce nouveau climat, les manteaux épais ne servant à rien ici car ils sont bien trop chaud, les bottes fourrées aussi, sans oublier les traditionnelles chapka. Elle se contente alors d'hocher tout simplement la tête avant de répondre.

- Vous avez raison. En effet, le climat en Russie est extrême pour vous et par rapport au pays. Il est difficile pour moi de pouvoir le juger, je suis née un jour de neige et je pense mourir un jour de neige. Chez vous aussi il neige mais j'ai remarqué que les températures étaient loin d'être les mêmes. L'écart avec la Mésopotamie est donc encore plus grand c'est vrai.

Ludmila rencontre des difficultés pour s'aclimater, elle trouve toujours les étés bien trop chauds à son goût, alors qu'elle est arrivée ici il y a quelques années maintenant. Un jour, elle le sait, elle finira pas s'adapter, son corps finira par accepter la chaleur de l'été aux Etats-Unis et à ne plus regretter les brises fraiches des étés en Russie.

- Ah oui, les portoloins. Il y a toujours moyen de voyager autrement vous savez. Comme le bâteau. Il est simple de rallier l'Angleterre à partir de New York. Ensuite direction la France et vous pourrez rejoindre la Russie en portoloin ou à balai. C'est un très beau pays, vous devriez y aller. Appelez moi juste Ludmila, ce sera plus simple. En effet, je viens de Russie, je suis arrivée ici il y a six ans à tout casser.

Alors qu'elle regarde autour d'elle à la recherche d'autres plantes, par simple curiosité, mais aussi un peu déçue par la réponse du sorcier. Alors comme ça, elle est intacte ? C'est un peu dommage, après tout, cela aurait bien fait rire Ludmila. Plongeait dans son imagination, chose que Ludmila aime faire et qui devient parfois un handicap, la réponse de Clayton l'étonne. Venait-il de lui proposer de prendre le Mimbulus Mimbletonia ? Avait-elle rêvé ? Non, le jeune homme lui tend alors le minuscule pot en verre qui contenait le cactus magique. La rousse l'attrape alors, les yeux pétillants.

- En effet, elle est moche mais elle a ce truc et puis … Je pense qu'il sera sympathique de jouer quelques mauvais tours à mes invités. Je note vos conseils, je vous en remercie, elle sera chouchoutée.

La jeune russe range alors sa nouvelle acquisition dans son sac, bien calée de manière à ce qu'elle ne s'abîme pas. Evidemment, Ludmila se met à parler à la plante tout en la rangeant, Ludmila ne parlant pas seule ce n'est pas Ludmila. Elle s'arrête lorsqu'elle se souvient qu'en effet, elle n'est pas seule et Clayton porte une certaine attention à son dragon. Hors de question, elle ne l'échangera pas contre ce cactus, du moins, si c'est ce qu'il a en tête.

- Oui, j'en un mais pourquoi vous chuchottez ? C'est un mâle qui s'appelle Nostradamus, mais je l'appelle Nos, ça va plus vite. Et bien … Peut-être, je n'en sais rien. J'ai eu beau fouiller dans les différents livres que j'ai en ma possession, rien, rien et rien. Je vais tester ça, j'espère que ça fonctionnera pour lui, le pauvre ….

Une petite moue se dessine sur son visage, c'est son professeur qui travaillait à la réserve en Russie qui lui avait offert. En arrivant aux Etats-Unis, elle ne savait pas qu'avoir un tel animal avec elle était interdit, comble du sort, quelques mois plus tard elle se retrouve à travailler pour le Macusa et à contrôler les entrées et sorties des créatures. En entrant, elle n'a pas échappé à ce contrôle, celui que tout le monde subit en entrant sur le territoire. On peut dire que la chance lui avait sourit ce jour-là. Nos était encore tout jeune et n'avait jamais voyagé, surtout pas dans une valise trimabalait n'importe comment même si Ludmila tenté de faire attention tout en restant naturelle. Alors que le contrôleur ouvre sa valise, le petit dragon se trouvait au centre, inerte et froid. Le cœur de Ludmila commença alors à jouer aux montagnes russes. Comment va Nos ? Est-il mort ? Le contrôleur va-t-il comprendre ? Non et heureusement, celui-ci pris le dragon miniature pour une statuette au vue de sa rigidité et de sa température. Ludmila secoue alors légèrement la tête avant de rire.

- Gentil, tout simplement. Le feeling passera plus facilement si vous êtes gentil, Nostradamus sent les choses, ce serait dommage que vous vous retrouviez avec la veste en feu.

Ludmila hausse les épaules en riant doucement. Le feu, c'est ce qui lui a permi de sauver son petit dragon. Une fois dans son hébergement, elle déposa dans le feu de nombreuses pierres avant de les glisser dans une chaussette et de mettre Nostradamus contre celle-ci et c'est ainsi qu'elle fit remonter sa température. On pourrait dire qu'il est revenu d'entre les morts.

- Et bien, si vous ne dites rien au Macusa, vous aurez le droit de le voir. D'abord je le soigne, si ça fonctionne, alors vous pourrez venir mais attention, il faudra respecter mes régles. D'accord ?

Si seulement Clayton savait qui elle était. C'est le comble pour un membre du Macusa d'emfreindre une loi. A vrai dire, Ludmila est au Macusa dans le but d'éradiquer la vermine, les Pro-Grindelwald pour venger ses parents et Minnie. Elle n'est pas d'accord avec certaines lois du Macusa comme celle sur le contrôle des animaux. Cette loi est bien trop stricte et devrait être revue, modernisé, assouplie. Enfin, on ne peut pas être d'accord sur tout, c'est ça être humain avant tout.

- Et puis, je vous dois bien ça. Si mon Nos est rétabli, ce sera grâce à vous.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clayton Ackley
Sérial Posteur
Sérial Posteur
avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 08/02/2017
Age : 31
Etudes, métier : Botaniste/Herboriste, Globe-trotteur
Baguette : Bois de vigne, Épine de monstre du Fleuve Blanc, 33cm, flexible

MessageSujet: Re: Clayton/Ludmila   Sam 6 Mai - 20:27

Clayton & Ludmila
La rencontre entre deux plantes
J'espère mourir au soleil très vieux, un verre de vin à la main.

*Dit-il dans un grand sourire alors même que le sujet aurait pu passer pour morbide, mais Clayton profitait tellement de cette vie qui lui était offerte que la mort lui semblait être une fiction bien loin d'être à l'ordre du jour. *

L'acclimatation s'est bien passée ? J'espère que mes compatriotes se sont montrés suffisamment amicaux avec vous, que vous vous êtes fait quelques amis...


*Demanda-t-il pour en apprendre un peu plus sur elle, après tout il était toujours utile de se faire de nouvelles relations, tout nom était bon à prendre pour épaissir son carnet d'adresse. Toutefois, malgré sa bonne volonté de se montrer aussi aimable que possible, il ne put s'empêcher de grimacer légèrement lorsqu'elle évoqua les voyages à la manière non-majs.*

J'ai déjà testé le voyage en aéroplane, ce fut un cauchemar. C'est long, rempli d'enfants bruyant et de... gens fort peu agréable qu'il faut pourtant se coltiner pendant des jours, voir des semaines. Je préfère encore me battre avec l'administration-qui-rend-fou-par-sa-lenteur qu'est le Macusa. Je ne suis jamais allé en Russie, mais j'aimerais beaucoup ou au moins visiter les pays de l’Europe de l'est. J'avoue que voir des dragons, de taille réelle, me fait rêver. Mais étant botaniste, il faudrait que je me trouve un sujet de recherche officielle. Vous n'avez jamais entendu parler d'une plante méconnue qui me permettrait de gagner le financement pour une telle expédition ?

*Dit-il avec une moue faussement désespérée.*

Ne maltraitez pas trop ma pustuleuse amie, plaisant-t-il, où je serai obligé de lui rendre des visites régulière pour m'assurer que vous n'abusez pas de son empestine.

*Si le cadeau de Clayton n'était pas totalement sans arrière pensées, il n'était certainement pas dans le but de lui réclamer son animal de compagnie, chose qui ne se marchandait pas selon lui. Il était simplement quelqu'un qui aimait se faire bien voir, se montrer sociable était sa principale défense contre les soupçons que pourraient un jour formuler le gouvernement magique à son encontre. Et si la jeune femme lui proposait juste une rencontre de quelques instants avec le mini dragons, alors le don d'une plante dont il possédait d'autres exemplaires étaient déjà un bon investissement.*

Le gouvernement américain n'apprécie pas beaucoup les créatures magiques, le prévient-il sans se douter qu'elle doit être au courant au vu de sa position, il considère que se sont des dangers mettant en péril la loi Rappaport. Je ne suis pas d'accord avec ça, je trouve que c'est une véritable catastrophe écologique que le traitement des créatures magiques et de leurs habitats, lequel se réduit à vu d'oeil et est de plus en plus surveillé. En Europe, l'on parvient parfaitement à composer avec les deux monde et si les animaux fantastiques sont mis en péril, c'est par le comportement catastrophique des non-majs et leur industrialisation à outrance, et non par les sorciers eux-mêmes qui détruisent ce qu'ils devraient protéger... Mais je me rends compte que je m'emballe un peu trop sur le sujet. J'espère ne pas vous avoir ennuyé avec mes réflexions ? Pour en revenir à votre dragon, bon choix, il paraît que les femelles sont beaucoup plus peste.

*Un grand sourire de vainqueur étira ses lèvres alors qu'elle lui apprenait qu'il pourrait faire la rencontre de la créature, un jour prochain.*

Les animaux m'aiment bien en général, mais c'est un judicieux conseil que vous me donnez là, encore que, plus que d'être gentil, je pense qu'il faut se montrer authentique. Les animaux ressentent la fausseté et l'hypocrisie, chose plus dangereuse encore que la colère.

*Ce qui ne serait pas une mince à faire d'ailleurs. Clayton n'était pas une personne mauvaise, mais il était un calculateur, un trait développé dès son entrée à Ilvermony pour sa survie et surtout son élévation dans la société. Il était lui-même dénué de faux-semblant quand il partait seul en expédition dans la nature, mais en compagnie d'humains, il devait toujours jongler entre sa spontanéité et l'image qu'il voulait renvoyer.*

Je n'ai plus qu'à croiser les doigts pour que mes conseils portent leurs fruits. Auriez-vous l'obligeance de me tenir au courant de l'évolution de sa santé, par écrit par exemple ? Possédez-vous déjà ses plantes ? Si non je crois qu'on trouve du thym derrière la serre, un peu sec pour la saison mais pour une infusion ça ne devrait pas être trop gênant. Quant à l'armoise, nous n'avons pas eu un hiver très froid, il doit y en avoir pas mal aux abords du bois. Je peux vous y accompagner si vous voulez.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludmila E. Iranov

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 16/04/2017

MessageSujet: Re: Clayton/Ludmila   Ven 12 Mai - 21:46

Clayton & Ludmila
La rencontre entre deux plantes
J'espère mourir au soleil très vieux, un verre de vin à la main.

- Mourir au soleil … Je ne sais pas pour ma part mais avec un bon verre de vin, ça c'est une très bonne idée. Plutôt vin rouge ou vin blanc ? J'aime beaucoup les vins blancs fruités. Dans ma famille on aimait boire un verre de vin le week-end quand on se retrouvait ensemble dans le salon pour discuter. Je vais jouer la romantique, je me vois plutôt auprès de mon compagnon avec un verre et quelque soit le lieu.

Ludmila ne pensait pas à la mort si on ne lui en parlait pas. Depuis le décès de ses parents, elle n'en a plus vraiment peur.

- Et bien, oui, je ne vais pas me plaindre. Cela n'a pas été simple pour être vraiment sincère, heureusement j'avais appris la langue pendant mes années d'études et je pense que cela a joué sur mon intégration car arriver dans un pays dont on ne connait pas la langue c'est encore plus compliqué … Concernant l'amitié, et bien quelques uns mais ils sont rares.


Avec les années, l'accent de Ludmila s'était peu à peu effacé même si aujourd'hui, on l'entend encore légèrement. L'accent de la jeune femme n'empêche pas la compréhension, loin de là mais pourrait, pourquoi pas, donner un certain charme à ses phrases. Elle écoute alors attentivement le récit du sorcier avant de rire légèrement.

- Vous avez voyagé en aéroplane ? Je n'ai jamais essayé je dois l'avouer. Je suis arrivée ici par le bâteau, n'ayant pas d'autres possibilités malheureusement. Ce fut vraiment long … Oh, et bien j'ai travaillé quelques années dans une réserve en Russie. On avait des dragons, on essayait d'utiliser les morceaux de peau qu'ils perdaient ou encore des épines pour certains ou des griffes dans le but de créer de nouveaux remèdes pour les sorciers. On avait aussi plusieurs Botruc je les aimais tellement …

Un soupire s'échappe d'entre ses lèvres, Ludmila tourne un instant la tête avant d'hausser les épaules et de regarder Clayton. Il est vrai que la Russie et son travail lui manquent énormément et que travailler au Macusa n'est pas tout à fait simple pour elle. C'est pourquoi elle a tenu à travailler dans ce département, vérifiant que rien de mal ne soit fait aux animaux. Malgrè cela, étant contre Grindelwald, il était évident pour elle qu'elle travaille dans ce Ministère pour défendre ses droits, sa vie et celle des autres.

- En Russie, nous avons une plante ressemblant au dictame mais son apparence est différente. Chez nous c'est une plante grimpante avec des épines et de jolies fleurs bleues. Il me semble qu'il faut se méfier des épines mais personne chez nous n'a vraiment étudié cette plante. Ah, je ne me souviens plus de son nom exact … Il faudrait que je regarde dans mes notes. Peut-être que grâce à cette plante vous pourriez faire votre demande. Je l'espère pour vous en tout cas.


Ludmila sourit doucement, si elle savait qu'à ce moment-là, elle était en train d'aider un partisan de Grindelwald. Elle le regrettera sûrement plus tard, ou non, après tout il est difficile de juger quelqu'un en fonction de ses idées quoi que …Elle finie par passer une main dans sa chevelure rousse.

- Bien sûr que non, elle sera très bien vous verrez. Ce n'est pas parce que je veux rigoler un peu que je vais la négliger. Hors de question. Par contre, vous pouvez très bien passer réguliérement pour voir comment elle se porte, c'est tout à fait possible.

Ludmila se doutait bien que Clayton n'était pas le genre de personne à agir ainsi, il paraît respectueux des plantes et des créatures et si elle ne l'avait pas senti, elle serait déjà partie depuis un moment sans même ajouter quoi que se soit. Elle l'écoute alors faire son monologue sur le Macusa, les créatures et une certaine gêne l'envahie. Une gêne qui ne se voit pas, du moins, Ludmila tente de ne pas la montrer. A présent, même si elle l'avait compris un peu avant dans leur discussion, la jeune savait que l'homme qui se trouvait face à elle ressentait une colère voire peut-être une haine, elle n'en sait trop mais ce qu'elle sait c'est que ses sentiments envers le Macusa sont négatifs alors par déduction si elle lui avoue qu'elle travaille pour eux, cette discussion se dégradera aussi rapidement qu'un glaçon au soleil.

- Et bien, oui, les femelles sont plus difficiles à apprivoiser. Elles sont plutôt réservées, têtues, très protectrices. Laissez un œuf de poule ou encore un gnome de jardin à une femelle et elle le prendra de suite pour son enfant, bonne chance pour le récupérer par la suite. Les mâles eux sont plus ouverts, plus simples à apprivoiser. Nos' je l'ai eu tout petit, encore plus qu'il ne l'est à présent donc cela m'a facilité la tâche. Après certaines femelles son vraiment douces et agréables, tout va dépendre de sa race je dirais. C'est ce que j'ai remarqué. Très bonne idée, restez authentique et laissez le s'approcher de vous, c'est la meilleure technique.

Instinctivement, Ludmila sort son carnet de note et fouille dedans sans grande conviction. Non, elle n'avait aucune de ses plantes, au fond d'elle elle le savait mais elle eut l'envie, le besoin de vérifier. D'un mouvement lasse, elle referme son carnet et le colle contre sa poitrine. Quelle gentille attention, il est si rare aujourd'hui de voir des gens comme Clayton que Ludmila se sent fière, honorée aussi et quelque peu intimidée il faut l'avouer.

- Non, je n'en ai aucune malheureusement. Je dois vous avouer que mon stock de plantes est au plus bas en ce moment. Depuis ma pro-, mon déménagement, il a fallut que je réduise mon stock, disons qu'à transporter c'est plus simple. Il faut donc que je le refasse. Je suppose que vous l'avez deviné, c'est avec plaisir que je vous laisse m'accompagner, à vrai dire, je ne connais pas les endroits dont vous me parlez … Et qui de mieux que vous, un professionnel et un vrai passionné, pour m'accompagner ? Alors c'est par où … Par là ?

Ludmila pointe le nord avec son index, ne sachant vraiment pas où aller. C'est à ce moment-là qu'elle se rencontre que la ville est bien plus grande qu'elle ne le pensé, plus grande que Moscou encore. Incroyable, elle regorge de nombreux trésors, de nombreux secrets. C'est alors que Ludmila se promet en elle-même de tous – ou presque – les découvrir pour enrichir son savoir et nourrir sa curiosité.
Codage par Libella sur Graphiorum
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clayton Ackley
Sérial Posteur
Sérial Posteur
avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 08/02/2017
Age : 31
Etudes, métier : Botaniste/Herboriste, Globe-trotteur
Baguette : Bois de vigne, Épine de monstre du Fleuve Blanc, 33cm, flexible

MessageSujet: Re: Clayton/Ludmila   Dim 14 Mai - 22:09

Clayton & Ludmila
La rencontre entre deux plantes
Le vin n'est pas mon alcool préféré, mais lors d'un bon repas j'apprécie plus particulièrement une bonne cuvée de vin rouge. Et qui n'aimerait pas quitter ce monde entouré de l'être qui vous est le plus cher ? L'homme qui vous inspire des sentiments aussi doux est un chanceux. Mais voilà une conversation qui n'est pas d'actualité cependant, parlons de choses plus joyeuses, nous avons au moins 80 ans devant nous avant d'y penser.

*La longévité exceptionnelle des sorciers, voilà un autre point sur lequel Clayton pouvait s’enorgueillir d'une suprématie sur les non-majs.*

Peut être êtes vous en train de vous faire un nouvel ami en ce moment même ! Je compatis, j'ai beaucoup voyagé, et la plupart de mes voyages ont nécessité que je m'installe à l'étranger pour quelques mois, l'étude des plantes se conjugue mal avec l'impatience. Je sais par expérience combien il peut être difficile de faire de nouvelles connaissances, ne serait-ce que pour se changer les idées de temps à autre. Une chance pour vous, je connais tous les endroits les plus amusants de la ville.

*Mentit-il, n'ayant jamais eu le moindre soucis pour se faire des relations, des relations bien placées et aisées de préférence en bon arriviste qu'il était. Mais Clayton était un menteur hors pair qui ne cillait jamais en prononçant ses mensonges, qu'il s'agisse d'un petit innocent destiné à gagné la confiance d'une personne pour savoir si elle pourrait lui être utile, ou du plus gros mensonge de sa vie consistant à se faire passer pour un riche hériter.*

Pourquoi n'avez vous pu prendre un portoloin ? Les fonctionnaires russes sont-ils aussi lents et peu efficaces que chez nous ?


*Mais leurs échanges sur les modes de voyages non-majs perdirent tout intérêt auprès du botaniste dès que Ludmila brandit avec crânerie son CV. La Magizoologie était son passe-temps favoris, la carrière qu'il avait envisagé embrasser s'il n'avait pas opté pour la botanique, choix qu'il avait pris en raison du tabou autour des créatures magiques dans ce pays qui, de son point de vue, se serait mal associé avec l'emploi. Si ses prunelles s'étaient illuminées d'une lueur d'intérêt à l'évocation de Nostradamus le mini dragon, ils brillaient d'éclat à présent. Peu importe ce que la sorcière dissimulait comme talent à exploiter, elle venait de gagner sa camaraderie, attiré qu'il était par sa soif de connaissances.*

Vous devrez absolument me raconter tout ça, vous savez que vous venez de faire de moi un envieux ? J'aurais adoré être magizoologiste ou veterinomage. Au moins, j'ai souvent vu des Botrucs, des animaux très rigolos en effet même si on ne doit pas en sous-estimer les griffes. Les Botrucs sont les alliés des botanistes, leurs présences annoncent toujours de beaux spécimens d'arbres. C'est en remarquant une colonie que j'ai trouvé un saule cogneur magnifique. Bref, je n'oublierai pas la description de la plante que vous venez de me faire, et je pense même me mettre à des recherches dans la littérature sitôt rentré chez moi. Je vous devrai une fière chandelle si je gagne un séjour dans votre pays grâce à votre conseil.

*Dit-il en lui faisait un clin d’œil complice. Il est vrai que leurs idées politiques opposées auraient de quoi compliquer leur relation plus tard, encore que chaque camps comportait son lot de « salauds », rendant la limite entre le bien et le mal d'autant plus floue.*

Je saisis au vol votre invitation, non parce que j'éprouve des craintes pour ma plante, mais pour vous obliger à partager votre savoir avec moi ! Vous êtes incroyablement organisée, remarqua-t-il lorsqu'elle sortit son carnet, vous pourriez me donner des cours, l'ordre n'est pas mon point fort.

*Dit-il pour plaisanter. Il l'invita ensuite à le suivre d'un geste de la main alors qu'il prenait le chemin menant à l'arrière de la serre. Il n'aurait pas à faire beaucoup de pas avant de trouver le thym, il en serait tout autre pour l'armoise qui se trouvait dans l'un des coins les plus reculés du parc.*

Alors dites-moi, quelle est votre race préférée ? Je vous avoue que j'ai du mal à en choisir une, j'aime beaucoup le Boutefeu Catalan pour le mystère l'entourant, j'ai entendu dire que ses écailles étincelaient de reflets dorées au soleil... J'admire le Vert Gallois pour sa lucidité consistant à éviter les hommes et préférer les représentants de sa propre espèce. Enfin, comment ne pas être émerveillé devant la beauté de l'Opalœil des antipodes qu'on dit sans pareil ? Même sur gravure il est magnifique, vous en avez déjà vu en vrai ?
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludmila E. Iranov

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 16/04/2017

MessageSujet: Re: Clayton/Ludmila   Dim 4 Juin - 19:28

Clayton & Ludmila
La rencontre entre deux plantes
- Le vin rouge lors d'un repas, je vous l'accord, c'est une très bonne boisson. Seul ou avec quelques petits biscuits, mon cœur a tendance à pencher vers le vin blanc qui s'avère être plus fruité. Et bien, il existe des personnes solitaires vous savez, alors je pense qu'il existe dans notre monde des personnes souhaitant mourir seules, je trouve cela un peu triste. Pas vous ? Changeons de temps, mettons plutôt au futur, il sera et non il est. Je suis libre comme l'air actuellement mais un jour peut-être quelqu'un sera avec moi mais je ne suis pas certaine qu'il sera chanceux.

Ludmila riait doucement. Comment expliquer à Clayton que si un homme entre dans sa vie, il sera loin d'être chanceux ? Après tout, elle travaillait au Macusa et sa tête était peut-être mise à prix. La personne ayant tuée sa famille la recherchait surement dans toute la Russie, les coins les plus reculés du pays. Non, ce n'était pas des choses à dire dès la première rencontre, bien au contraire, il valait mieux rester muette sur le sujet.

- Oh, c'est probable après tout. Nous verrons cela avec le temps. Mais n'avez-vous pas trouvé cela agréable ? De rester quelques mois dans un pays ? Découvrir un autre mode de vie, de nouvelles plantes, une nouvelle culture, une nouvelle gastronomie ? Oui, de plus, les U.S.A n'étaient pas vraiment une destination que je préviligiais au départ. Evidemment, j'étais plutôt agréablement surprise en arrivant ici et je dois l'admettre, c'est assez vaste moins que la Russie certe mais tout de même. C'est donc avec plaisir que j'accepte de découvrir les coins les plus amusants et improbables de la ville.

Clayton était en effet le meilleur des menteurs. Si quelqu'un venait dire à Ludmila que l'homme qui se trouvait fasse à elle lui mentait tel un arracheur de dents, elle ne l'aurait jamais crus. Pourtant, la rousse avait à faire avec des menteurs, chaque jour, et elle le savait à chaque fois. Clayton avait sans doute réussit à la mettre en confiance, la confiance jouait un rôle important dans ce type de situation. Un portoloin ? Non, elle ne pouvait en prendre un car il aurait été plus facile pour l'ennemi de la retrouver, encore une fois, ce ne sont pas des choses à dire.

- Et bien … Je … Ne pouvais pas … Oui, en effet, c'est à cause de l'administration. Je devais faire ma demande plusieurs mois à l'avance mais j'ai décidé de partir sur un coup de tête alors il était trop tard vous voyez …

Ludmila elle ne savait pas vraiment mentir, tout dépendait de la situation de toute façon. Heureusement, Clayton poursuivait sur un sujet qui la passionnait tout autant que le jeune homme. Faire un envieux, elle était heureuse d'entendre une telle chose, au moins elle avait trouvé quelqu'un pour discuter de ce qu'elle savait.

- Vraiment ? Vous m'en voyez ravie. Oui, les Brotucs sont assez drôles. J'étais attachée à Prompto, un Botruc très attachant qui avait du mal à rester sur son arbre, non pas à cause des autres loin de là mais … Prompto s'avérait être très curieux et rusé. Une fois, je m'en souviendrais toujours, alors que je comptais les Botrucs pour vérifier qu'aucun ne s'était enfui, Prompto s'était échappé pour aller rejoindre le chien de mon supérieur. Il était niché dans sa longue fourrure et dormait paisiblement. En effet, comme chaque créature, ils ont quelque chose dont nous devons nous méfier , malheureusement peu de gens le savent. Les saules cogneurs sont majestueux, j'ai toujours été intrigué par eux. Oh, et bien si vous voulez chez moi, j'ai un livre sur la botanique russe, je peux vous le prêter vous y trouverez beaucoup de renseignements sur cette plante et sur d'autres aussi. En effet, en tout cas, j'espère que cela vous aidera à quitter le pays quelque temps et vous laisser guider par votre passion. Nous avons aussi des animaux que nous ne trouvons ici.

Ludmila notait alors dans son carnet les livres qu'elle prêterait à Clayton la prochaine fois qu'ils se verront, elle ne voulait pas l'oublier. Ludmila ne s'attendait pas à avoir face à elle un ennemi du Macusa et lorsque les deux jeunes gens connaitront le parti de l'un et de l'autre, la situation sera sûrement gênante, ambigüe, tendue aussi mais connaissant Ludmila, les choses s'arrangeront ou plutôt, la rousse fera en sorte de les arranger.

- Saisissez la, je pense que c'est une bonne chose pour nous. D'abord pour vous, grâce à moi vous allez apprendre des choses … Incroyables ? Votre amour pour les créatures et la botanique s'enflammera, explosera, dans le bon sens du terme, non pas pour disparaître mais pour se raviver, pour nourrir cet amour. Ensuite pour moi, car grâce à vous j'ai une amusante plante et je vais enfin pouvoir partager mon savoir. Je suis ici depuis plusieurs années et je n'ai trouvé personne pour en parler alors imaginez ma joie. Concernant l'organisation … Ce n'est pas vraiment une question d'organisation, je suis … Disons … Tête en l'air, il m'arrive d'oublier tant de choses et ce carnet me permet de ne rien oublier. Je peux vous apprendre quelques techniques tout de même, je reste un minimum organiser …. Un … Minimum.

Ludmila riait doucement, l'organisation n'était pas obligatoirement son fort non plus. Elle se mettait à suivre Clayton jusqu'à la serre pour y trouver le thym. Son Nostradamus allait pouvoir guérir et elle se sentait soulagée, au moins grâce à Clayton son petit Nostra' pourra se sentir mieux. Elle attrapa le thym et huma l'odeur, une odeur particulière mais très agréable. Elle le glissa dans son sac, un petit sourire sur les lèvres.

- Et bien … Je dois avouer ne pas en avoir. Chaque dragon a sa propre personnalité, sa propre beauté. Je préfère le Boutefeu Chinois au Catalan, ses écailles sont de différents rouges, un vrai nuancé avec quelques touches d'or. Malheureusement c'est un dragon aimant se nourrir d'humain, il faut donc l'élever de manière à ce qu'il mange autre chose comme …. Du porc, des vaches. Le catalan a en effet des reflets dorés contrairement au chinois. Oui, j'apprécie le vert gallois aussi, c'est un dragon impressionnant, méfiant aussi, un peu craintif, sa couleur est vive aussi et à la lumière c'est agréable à regarder. Avez-vous déjà rencontré un Norvégien à crête ? Malheureusement, ce sont des dragons en voie de disparition, nous en avions un, ce sont des dragons …. A prendre avec des pincettes vous voyez, ils sont très agressifs et attention, ils crachent facilement du feu. Connaissez-vous le Noir des Hébrides ? Ce dragon a un regard violet splendide un regard qui ressort facilement grâce à ses écailles d'un noir … Je crois n'avoir jamais vue un noir aussi … Noir ?

Ludmila riait doucement, comment trouver plus noir que le noir lui-même ? C'était difficile à imaginer mais c'est ce qu'elle avait ressenti en rencontrant pour la première fois un Noir des Hébrides.

- L'Opaloeil, très recherché pour son regard aux multiples couleurs. En effet, impossible de ne pas l'aimer, même dans le noir j'avais l'impression de voir ses écailles étinceller. Incroyable … Nous avons eu des bébés, ils sont minuscules mais déjà très vifs, si attachants. Je trouve qu'ils ont un bon caractère contrairement aux autres, ils sont plus calmes, et il est facile de les approcher, je pense que c'est pour cela que nous en trouvons souvent des maltraités, enfermés dans le noir. Nostradamus est un Suédois à museau court, ses écailles sont bleues au reflet argenté, il a d'ailleurs quelques écailles argentées. C'est l'un des seuls dragons a craché des flammes d'un bleu … Majestueux, je crois ne pasêtre capable de bien décrire la couleur. J'ai hâte de vous le présenter, je pense que vous serez étonné ! Travailler là-bas me manque, je dois l'avouer ….

Un long soupir s'échappa d'entre ses lèvres, elle suivait Clayton dans la serre sans avoir peur de l'agacer avec ses paroles, non loin de là du moins elle l'espérait. En arrivant ici, Ludmila ne s'attendait pas à retrouver, un jour, une personne ayant une telle soif de connaissance et un tel amour pour les créatures fantastiques.

- Comment … Et pourquoi, quand même vous est venu cette … Passion pour la botanique et les animaux mon cher Clayton ? Je suis curieuse de savoir comment cela vous a traversé l'esprit alors que le pays est plutôt … Fermé à tout cela.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clayton Ackley
Sérial Posteur
Sérial Posteur
avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 08/02/2017
Age : 31
Etudes, métier : Botaniste/Herboriste, Globe-trotteur
Baguette : Bois de vigne, Épine de monstre du Fleuve Blanc, 33cm, flexible

MessageSujet: Re: Clayton/Ludmila   Lun 5 Juin - 18:27

Clayton & Ludmila
La rencontre entre deux plantes
Vous êtes amatrice de vin blanc ? Décidément, vous avez tout ce qu'il faut pour devenir une parfaite compagnie, plaisanta-t-il. Rien de plus triste, en effet. Mais ne soyez pas pessimiste, nous sommes tous chanceux lorsque nous trouvons la personne qui nous est destinée.

*Si tentée qu'une telle mièvrerie existe. L'amour existait, il n'en doutait pas un seul instant, mais de là à le faire rimer avec « toujours », c'était une autre idéologie dont sa vie, jusqu'à présent, lui avait fait fortement douté.*

Oh si ! Rien ne me rend plus heureux que de voyager, de découvrir de nouvelles cultures et surtout, de me retrouver pour une confrontation en solitaire avec la nature. Mais dans les villes, quand le monde grouille autour de vous mais que personne ne vous accorde la moindre attention, ça peut devenir difficile, vous comprenez j'en suis sur.


*Il glissa son bras sous le sien et lui fit changer de cap après avoir cueillit le thym, en direction du minuscule reliquat de forêt qui bordait le parc botanique.*

Alors je me fais un devoir de vous divertir pour vous remercier de vos bons soins pour ma curiosité. Vous connaissez « Le cochon aveugle » ? C'est un établissement... et bien... je ne dirais pas délicieux, mais incontournable et la musique y est toujours excellente. Ça fait une éternité que je n'y ai pas dansé un foxtrot ! J'espère ne pas vous faire regretter encore plus votre premier choix de destination. Par curiosité, encore elle, quelle était-elle d'ailleurs ?

*Il n'aurait pas remarqué sa nervosité, marchant côte à côte ce qui le privait de l'observation de son visage, si elle ne s'était pas mise à légèrement bégayer. Tout le monde mentait, tout le monde avait des secrets, Clayton était mieux placé que quiconque pour le savoir, et s'il respectait en général les cachotteries des autres, ce respect tacite volait en éclat dès qu'il pensait pouvoir en tirer parti. Ce qui pourrait être le cas s'il apprenait les allégeances de Ludmila avant qu'elle n'ait conscience des siennes. Il fit non de la tête en se pinçant les lèvres l'une contre l'autre de manière à marquer sa résignation face aux administrations. Toutes les mêmes, quel que soit le pays.*

Je possède un saule cogneur un peu... et bien un peu comme votre dragon. Il est de taille réduite aussi, encore qu'il mesure 70 cm à présent. Je lui ai appliqué une technique de miniaturisation japonaise. Il n'est pas moins susceptible pour autant et le tailler équivaut à une bonne séance de gym à chaque fois.

*Il se mit à rire doucement à sa proposition de partager son savoir pour l'ordre.*

Je crois que cet apprentissage n'est finalement pas ce dont j'ai besoin. Je suis organisé au travail, ma désorganisation est plutôt dans mon quotidien, le rangement, les tâches ménagères, et je ne suis pas sur que ce soit votre domaine de prédilection non plus. Et depuis peu j'ai une assistante qui s'en charge, elle n'a pas encore totalement pris en main notre appartement mais je pense qu'elle est sur la bonne voie... En revanche, je serais très heureux de consulter cet ouvrage de botanique. Je vous le rendrai en parfait état, vous avez ma parole.

*Il l'écouta parler des dragons, comparer leurs différences et évita, en premier lieu, de lui avouer que si les boutefeux avaient gagné son respect, c'était justement grâce à leur antipathie pour les hommes... ou pour leur goût trop prononcé pour les hommes, tout dépendait de la façon dont on formulait la chose.*

Je n'ai jamais rencontré le moindre dragon si ce n'est en illustration ou en photographie. Une merveille que cette dernière se popularise de plus en plus d'ailleurs, bientôt nous pourrons tirer un portrait instantané de toute chose sans avoir à se trimballer des quantités de matériel encombrant, j'en suis certain.

*Il écoutait ses paroles attentivement, et s'il n'apprenait pas grand chose, en revanche il se délectait de l'enthousiasme qu'elle y mettait. Dès qu'il était question de Dragons, la jeune femme se transformait en véritable moulin à parole, chose qu'il trouva agréable. Puis ses propos revinrent vers son mini dragon domestique, et il comprit alors à quel point elle devait y être attachée, de cet attachement qui devait signifier bien plus qu'une simple affection pour un animal. Il se montra alors désireux de connaître quel souvenir le petit Nos' portait avec lui.*

Vous ne m'avez pas dit, d'où vient-il ? Je doute que vous soyez parvenue à vous le procurer sur le sol américain... Est ce un cadeau de votre famille ? D'un ami peut être ?

*A présent que c'était elle qui le questionnait sur son choix de carrière et ses centres d'intérêts pour le moins singulier dans ce pays, il semblait que son tour était venu de s'épancher sur ses souvenirs et de révéler un peu plus de lui.*

C'est assez simple, petit j'ai très vite pris l'habitude de m'échapper pour m'enfoncer dans les bois. J'étais assez casse-cou, et puis mes premières manifestations de magie se sont produits sur des plantes comme...

*Il relâcha son bras, s'éloigna de quelques pas et cueillit une primevère blanche. La tenant par la tige, sa main libre se crispait au dessus des pétales lorsqu'il se rapprocha de la jeune russe, il était concentré pour reproduire cette magie primitive qui semblait tellement plus aisée avant que sa magie ne s'habitue à l'usage de la baguette. Pourtant, à force de concentration, le cœur de la fleur se mit à étinceler de petites lumières d'argent. Il poursuivit le tour enfantin quelques secondes puis relâcha la fleur qui redevint aussi paisible qu'avant son emprise. Il reprit alors la parole sur le même ton que précédemment.*

Et donc, je crois que j'en ai gardé une inclination particulière. Et puis la botanique offre de belles possibilités d'aventures. Ça ne semble pas fou comme carrière pour qui se contente de les étudier dans les livres, mais il y a tellement d'espèces à découvrir que je n'aurai pas assez de toute une vie pour venir à bout de toutes les recherches, tous les voyages que j'escompte bien faire. On touche tant de domaine à la fois : la magie, la médicomagie, l'herbologie, les potions... Quant à mon intérêt pour les animaux... je crois qu'on le doit à Ilvermony, c'est notre école de magie. Là bas il y a des Puckwoodgenies, ce sont des créatures plutôt ronchonnes mais qui ont une espérance de vie incroyablement longue. Il y en avait un avec qui j'ai, en quelque sorte, sympathisé, et qui me racontait l'histoire des créatures qu'il avait rencontré durant les longues décennies qu'il avait passé à se déplacer sur le continent. Ça m'a donné envie. Ses histoires ont encore plus forgé mes rêves d'aventures. Mais le Macusa détruisant toutes les créatures magiques jusqu'à il y a encore peu, devenir magizoologiste sur ce continent était voué à l'échec, alors je suis revenu à mes premiers amours en quelques sortes.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludmila E. Iranov

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 16/04/2017

MessageSujet: Re: Clayton/Ludmila   Ven 30 Juin - 18:48

Clayton & Ludmila
La rencontre entre deux plantes
Ludmila s'inclina légèrement avant de rire doucement. Flatteur, oui, elle le trouvait plutôt flatteur et ce n'était pas désagréable.

- En effet, je suis amatrice de vin blanc. J'ai toujours préféré le vin blanc à notre vodka. Un comble pour une russe, vous ne trouvez pas ? Les vins blancs sont travaillés avec une certaine subtilité, une finesse mais aussi avec de la recherche, tandis que notre vodka n'est en rien originale, on en trouve de très bonnes mais impossible de les différencier entre elles. Et la douceur du vin blanc me convient mieux. Vous me flattez, Nostradamus n'a pas l'air de se plaindre de ma compagnie, je vous laisserai en discuter avec lui, il aime qu'on lui parle vous savez.

Elle fit alors mine de réfléchir. Nous avons tous une destinée, elle le savait, elle en était certaine mais une destinée avec la même personne au cours de sa vie, elle en était moins persuadée.

- On en reparlera quand nous aurons trouvé cette personne. Je vous propose un rendez-vous, une petite discussion autour d'une tasse de thé, nous avons un très bon thé bleu de russie, si vous en êtes amateur.

Ludmila ne rechechait pas l'amour à proprement parlé, elle recherchait plutôt une personne avec qui elle pourrait passer du bon temps et se sentir bien. Avoir une relation sérieuse était risquée pour elle mais surtout pour celui qu'elle aura choisi. Après tout, un ou plusieurs Mangemorts étaient à sa recherche.

- En effet, je comprends tout à fait ce que vous voulez dire. Dites moi … Vous n'avez jamais pensé à écrire sur vos voyages ? Je suis certaine qu'avec vos connaissances vous êtes dans la capacité d'écrire de très bons ouvrages. J'aimerais voyager, de nouveau. J'ai visité quelques pays comme la Corée mais aussi la Chine et quelques pays avec qui la Russie partage une frontière. Et vous ? Où êtes-vous allé ? Je suis curieuse. Et vous savez, je peux vous parler de ma culture, et de la culture coréenne, mon responsable à la réserve était un passionné j'ai appris de nombreuses choses sur ce petit pays.

Elle le laissa l'entrainer en direction de cette minuscule forêt qui attira de suite son attention. Elle avait l'habitude de venir se promener dans ce jardin botanique mais pas une seule fois elle n'était allée jusque-là et elle ne le regrettait pas une seule seconde. Au fond, elle aurait tout de même préféré que ce ne soit pas pour soigner son petit dragon mais plutôt pour quelque chose de plus joyeux.

- Le … '' Le cochon aveugle '' ? Quel drôle de nom ! Non, je ne connais pas, malheureusement, n'ayant pas beaucoup de connaissances je sors très peu. J'attends votre invitation avec impatience pour y aller et je suis à présent très curieuse de découvrir cette fameuse danse. Foxtrot c'est ça ? Encore un drôle de nom. Evidemment, vous ne me faites pas regretter quoi que se soit au contraire. Sinon, je n'avais pas de destination particulière.

Le mensonge. Le mensonge n'était pas une bonne chose surtout que lorsqu'on en prononce un d'autres suivent encore et encore et il devient alors compliqué de s'arrêter. Depuis son entrée aux Etats-Unis, Ludmila mentait, encore et encore, et encore plus depuis son entrée au Macusa. En fait, elle y est entrée parce qu'elle n'avait plus le choix. L'homme face à elle lui promettait une sécurité permanente, alors le choix était vite fait pour elle, surtout qu'elle continuerait un peu dans sa branche, enfin, branche très éloignée. Les choses seront différentes entre Clayton et elle lorsque l'un et l'autre apprendra l'allégence de chacun mais les choses seront surement plus compliquées pour Clayton. En effet, actuellement, Ludmila était incapable de donner de réels raisons à son entrée au Macusa. Elle était désespérée, elle s'était laissée aller et a accepté l'emploi qui lui garantissait non seulement sa sécurité mais aussi un toit et un salaire mensuel pour se nourrire. Une autre raison ? Elle s'avère être en accord sur certains points avec le Macusa mais pas sur tous. Ludmila ne rejoindra pas l'autre partie, elle avait beaucoup trop à perdre et puis, quitter la sécurité pour un camps qui veut sa mort, c'est suicidaire comme action.

- Oh ? Vraiment ? Je pourrais le voir un jour ? Je suis certaine qu'il est magnifique … Et grâce à lui vous pouvez voir les saisons changer par le biais de son feuillage non ? Je vous envie même si mon Naustradamus reste imbattable. Concernant le ménage, ne le répétez pas mais … Un petit coup de baguette et tout est en ordre.

Un petit rire s'échappa d'entre ses lèvres, c'était totalement vrai. Lorsqu'elle recevait de la visite imprévue, Ludmila usait de sa magie pour que son appartement se range en un clin d'oeil ou presque, une formule de prononcer et l'appartement brille comme neuf. Incroyable.

- J'ai eu la chance de travailler avec et pour eux mais tout le monde n'a pas cette chance. Je suis persuadée qu'il reste encore beaucoup de dragons inconnus à nos jours. Personne ne s'est aventuré dans l'Asie profonde ou encore l'Océanie. Même pour la Russie, un dragon des neiges existent peut-être au nord du pays, là où les habitations sont inexistantes. Personne n'y va, le froid est bien plus que glacial. Je trouve ça dommage … Vous imaginez ? Prendre la première photographie d'un dragon vivant parmi la glace et … Mangeant des pingouins ? Un dragon résistant au froid … Si seulement.

Ludmila l'écoutait poser ses questions, elle ne pouvait mentir sur ce point. De toute façon, elle n'y voyait pas l'intérêt.

- Naustradamus vient de Roumanie. Il m'a été offert par le directeur de la réserve un an avant mon départ. Lorsque je l'ai eu, Naustradamus était encore dans son œuf, sa mère avait malheureusement était tuée. Ils ont retrouvé et enfermé les coupables qui les utilisés comme des animaux de foire. Les dragons miniatures étaient exposés et mal-traités. Alors il a réussi à sauver un œuf, de justesse. J'ai encore la coquille, je vous la montrerai, cest minuscule ! Lorsque j'étais sur le bateau, je devais réfléchir à comment faire entrer Naustradamus avec moi, c'était tellement compliqué … Il était dans ma valise pendant le trajet puis avant que nous arrivions, je me suis dirigée dans les toilettes. J'ai miniaturisé Naustradamus encore plus qu'il ne l'était déjà, évidemment avant, je lui ai fait boire un thé à base de plantes non nocives qui rapidement l'ont endormi. Je l'ai installé dans mon pendentif, entre les photos de mes parents. Je suis descendue la première, j'étais pressée, je ne pouvais attendre. J'étais la deuxième à être contrôlé et c'est une fois en sécurité que je lui ai rendu sa taille et je l'ai laissé se réveiller tranquillement. J'en avais mal au cœur mais hors de question qu'ils ne me le prennent. Je compte sur vous pour ne rien dire.

Les Etats-Unis n'étaient pas sa destination, du moins, lorsqu'on lui a dit de fuir, elle comptait retourner à la réserve et demander de l'aide à son directeur. Rapidement, elle prit conscience qu'elle pouvait mettre tout le monde en danger, sorcier et animaux, puis ce petit bonhomme dont elle a oublié le nom lui a indiqué qu'on l'attendait aux Etats-Unis mais que Naustradamus ne pouvait y entrer, c'était tout simplement impossible. Rien n'est impossible avec Ludmila.

- Merveilleux merveilleux !

Ludmila applaudissait, c'était … Magique certes mais aussi sublime. C'est comme si les lumières représentaient les battements du cœur de la fleur. Fantastique. Elle-même se souvenait de ce jour, ce jour où sa magie se dévoila.

- Vos parents sont des sorciers ? J'attendais avec impatience le fait de pouvoir utiliser ma magie, chaque jour, chaque geste. Une fois, je voulais montre que j'étais capable de faire venir la tarte aux poires jusqu'à moi, j'ai réussi enfin c'est ce que je croyais. Mon père était juste derrière moi avec sa baguette.

Un petit rire s'échappa d'entre ses lèvres puis il s'arrêta rapidement lorsque Clayton enchaina sur le Macusa. Elle ne pouvait le nier, elle n'était pas d'accord sur ce point avec le Macusa mais l'admettre ou le dire au risque de perdre son travail. En entendant le nom Puckwoodgenies, Ludmila prit un livre de son sac et le parcours avant de pointer la bonne page.

- C'est ça ? Vous me le décrivez différemment de ce livre, c'est vraiment intéressant. Ici, nous avons un descriptif vraiment négatif et je le trouve faux à présent. Si c'était vrai, je ne pense pas qu'il aurait prit le temps de vous raconter autant d'histoires. C'est toujours plaisant de connaître la réalité.

Ludmila souriait doucement, en rentrant chez elle, elle modifiera ce paragraphe du livre pour le rendre plus exact qu'il ne l'est. Elle haussa un sourcil, que faisait-il à présent ? La curiosité la piqua rapidement mais aussi la culpabilité. Travailler au Macusa et avoir quelqu'un de sympathique en face de soi qui vous avoue qu'à cause du Macusa il ne peut réaliser son rêve ni même le métier de ses rêves.

- Et … Que faites-vous à présent ?
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clayton Ackley
Sérial Posteur
Sérial Posteur
avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 08/02/2017
Age : 31
Etudes, métier : Botaniste/Herboriste, Globe-trotteur
Baguette : Bois de vigne, Épine de monstre du Fleuve Blanc, 33cm, flexible

MessageSujet: Re: Clayton/Ludmila   Lun 3 Juil - 20:32

Clayton & Ludmila
La rencontre entre deux plantes
Je suis sur qu'en vous faisant goûter à mes cocktails j'arriverai à vous faire découvrir la différence entre une bonne et une mauvaise vodka. Voilà que vous me donnez un challenge de plus et que nos rencontres futures s'écrivent un peu plus dans le marbre. Nous n'y couperons pas ! J'accepte donc votre invitation et en profiterai pour vous rendre votre livre. Vous me ferez un thé, je vous préparerai un cocktail à base de vodka et vous initierai à la danse. J'espère que vous n'êtes pas timide, et si c'est le cas, sachez que les gobelins sont légions en ce lieu et dansent tous atrocement mal. Vous ne pourrez que faire mieux !

*Ils parvinrent à la lisière du bois alors que la primevère abandonnée précédemment était portée plus loin par le vent. Il longea ce dernier sans s'aventurer entre les conifères, sachant que l'armoise avait besoin de trop de soleil pour pousser sous leurs branches. Bientôt, Nostradamus ne serait peut être pas guérit, mais il aurait au moins de quoi adoucir son mal.*

J'écris sur mes découvertes en botanique, c'est déjà pas mal. Je ne pense pas être la personne la plus indiquée pour écrire des guides touristiques. En bon naturaliste, je prise particulièrement les endroits les plus préservés du globe, et égoïstement, je n'aimerais pas y attirer les foules. Quant à mes voyages en des lieux plus civilisés dirons-nous, j'aime... j'aime les lieux peu communs. Je suis profondément épicurien, mais ça vous le comprendrez lors de notre prochaine sortie, en espérant que vous ne me jugerez pas trop sévèrement.

*Il tourna son visage en souriant, sachant qu'amener une jeune femme dans un bar tel que le cochon aveugle était quitte ou double. Clayton aimait mener les personnes hors de leur zone de confort, ce n'était pas tant pour les mettre mal à l'aise que pour observer leur réaction, une manière d'user de son côté scientifique pour analyser l'espèce humaine.*

J'ai beaucoup voyagé en Afrique, en Europe du nord et en Amérique du sud. J'ai passé plusieurs mois à Cuba en particulier, et j'ai fait de multiples séjours dans la forêt amazonienne. Et ma foi, sans surprise, je me suis beaucoup aventuré ici même, aux États-Unis. C'est un grand pays, incroyablement varié dont il reste tant à explorer. Je n'aurai pas de toute une vie pour aller dans chaque endroit que je prise, mais je souhaite y consacrer la majorité de mon temps jusqu'à disons mes 110 ans, avant d'envisager une retraite.

*En admettant qu'il soit encore en vie à la vue de son train de vie « désordonné ».*

Pourquoi ne pourriez-vous pas voyager ? Ne serait-ce que pendant vos congés. Il y a peu j'étais au Canada juste pour le week end. C'est juste à côté, il n'y a pas besoin de remplir de folles formalités. Et puis, nous sommes des sorciers, notre longévité nous permet de mener a bien plus d'un rêve. Je suis sur que votre rêve de dragon se réalisera un jour.

*Il fronça un peu les sourcils à sa réponse pour le moins évasive sur sa destination première lors de sa fuite, mais il n'en dit rien. Insister aurait été d'une impolitesse sans borne, or, si Clayton usait d'un langage osé avec certains interlocuteurs, sa maîtrise des bonnes manières n'étaient jamais à remettre en cause. Il les mettait simplement volontairement de côté, ce n'était là qu'une forme d'adaptation.*

Et bien Miss Iranov, vous allez remplir mon carnet de rendez-vous ! Un au cochon aveugle, un chez vous pour boire le thé et rencontrer votre dragon, un chez moi... Un observateur extérieur pourrait même trouver cela inconvenant et un peu précipité.

*Dit-il en lui faisant un clin d’œil. Puis il s'arrêta pour la regarder pendant qu'elle décrivait la façon dont elle avait introduit Nostradamus sur le territoire Américain. Il se posta en face d'elle, un sourire de malice étirant ses lèvres.*

C'était très malin. Vous êtes douée pour contourner les autorités. Vous vous êtes trompée de carrière Mademoiselle, c'était dans la mafia qu'il fallait vous engager ! J4imagine que votre directeur devait beaucoup vous apprécier pour vous faire un si beau cadeau...

*Sans crier gare, il la contourna pour s'accroupir devant un parterre d'herbes jaunit par les gelées. Il ramassa une poignée d'herbes qu'il choisissait avec soin, usant de sa baguette pour les tailler net. Il retourna auprès de la jeune r(o)usse pour lui donner l'armoise.*

Comme pour le thym, ce n'est pas ce qu'on fait de plus frais, mais se sera toujours mieux que les versions séchées qu'on vous vend pour une fortune en herboristerie. Mais si ça ne suffit pas, il faudra trouver quelqu'un de compétant pour le soigner... Je... je connaîtrais quelqu'un pouvant remplir cette office, bien qu'elle ne soit pas médicomage et que je ne lui ai plus parlé depuis des années. J'aimerais autant ne pas en arriver là... Mes parents étaient tout deux sorciers effectivement.

*Dit-il rapidement, alors qu'une pointe de jalousie venaient de lui serrer le cœur lorsqu'elle évoque son souvenir d'enfance. Il n'y avait pas eu de parents pour faire de farces à Clayton. Les seules qu'il avait eu provenait du fils de la famille qui l'avait "élevé", et elles n'étaient pas toujours bon enfant.

Il ne fit cette fois aucun commentaire lorsque Ludmila prit des notes sur le Puckwoodgenie. Il commençait à s'habituer à cette manie qu'il savait maintenant être une de ses particularités. Il haussa les épaules et répondit nonchalamment.*

Je crois que cet être sans âge et l'adolescent que j'étais avions quelque chose en commun.

*Il se pencha vers son oreille pour murmurer sur un ton confidentiel.*

Le goût pour les secrets.


*Et pour les poisons, mais ce n'était pas quelque chose qu'il pouvait lui confier. Il lui sourit alors qu'il reprenait son bras pour s'éloigner, leur mission étant à présent accompli.*

Présentement, je me promène au bras d'une charmante jeune femme que je viens tout juste de rencontrer. Et dans un sens plus général, je suis à New-York pour quelques mois afin de rédiger mon prochain livre de botanique. Je vous donne un petit avant-gout avec le titre, il se marie parfaitement à notre conversation d'ailleurs. Ce sera « L'herbier du globe-trotteur : 30 plantes magiques étonnantes et plutôt flippantes. ».
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludmila E. Iranov

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 16/04/2017

MessageSujet: Re: Clayton/Ludmila   Ven 14 Juil - 21:57

Clayton & Ludmila
La rencontre entre deux plantes
Ludmila souriait doucement en l'écoutant, ce programme lui allait parfaitement.

- Je suis curieuse de connaître vos cocktails à base de vodka, en Russie nous ne mélangeons pas la vodka ou alors c'est très rare. C'est un agréable programme, je suis certaine que d'aimer apprendre à danser votre danse et vos cocktails. J'espère qu'il en sera de même pour vous avec mon thé. Fixons rapidement une date pour nous voir, vous m'avez l'air d'être un homme plutôt occupé. Je me trompe ?

Lorsqu'ils arrivèrent à la lisière, Ludmila s'arrêta, regardant autour d'elle. Il y avait des arbres impressionnants, Ludmila le savait, l'âge de ses arbres devaient comporter trois chiffres tandis que d'autres étaient plus minces, plus courts et surement plus jeunes.

- En effet, vous éveillez soudainement ma curiosité, écrivez-vous sous votre nom ou utilisez-vous un pseudonyme ? J'aimerais lire vos écrits. Je rêve d'aller là où personne n'a encore été, pouvoir parler de ce que personne n'a encore jamais vue … Et puis, pourquoi je vous jugerais ainsi ? Si vous saviez Clayton …

Un petit rire s'échappa d'entre ses lèvres. Ludmila regardait Clayton cueillir ce dont elle avait besoin pour Nostradamus, son dragon miniature qui était malade depuis quelques jours maintenant. Soudainement, une lueur alluma son regard, l'espoir de pouvoir guérir son dragonneau l'envahit. Ludmila n'avait aucune idée de ce qu'était ce fameux bar, elle avait du mal à s'en faire une idée, ne sachant pas trop si c'était plutôt propre et joyeux ou lugubre et joyeux. En effet, c'était quitte ou double.

- Clayton, vous avez été à Cuba ? Quelle chance. J'ai lu dans un livre que les maisons sont plutôt colorées, l'ambiance est chaleureuse et que la boisson équivaut à notre whisky-pur-feu. Je ne vais pas vous cacher que j'ai écrit une liste des coins du monde que je souhaiterais visiter, cette liste me permets de rêver tranquillement tandis que je voyage à travers les pages des nombreux ouvrages que je trouve à ce sujet. Heureusement, il est possible de voyager de nombreuses manières. J'aimerais connaître vos conseils concernant ce pays, j'aurais peut-être l'occasion de le visiter plus en profondeur.

110 ans, c'était un bon âge pour prendre sa retraite. Il fallait admettre que de ce point de vue, les sorciers avaient un avantage, ils pouvaient vivre durant des années contrairement aux moldus. Pourtant, le fait de pouvoir vivre aussi longtemps restait quelque peu effrayant. Ludmila s'arrêta avant de se tourner vers Clayton, le visage fermé.

- Si je ne peux pas voyager ce n'est pas à cause d'un manque de temps, mais plutôt à cause d'une ou plusieurs personnes. L'envie et le temps ne me manque pas du tout, si j'étais une personne normale ou alors quelqu'un sans ennuis, je dépenserais mon argent sans hésiter.

Ludmila n'en dirait pas plus, avouer la vérité à Clayton serait prendre un risque. Après tout, il pourrait fuir par crainte d'avoir des ennuis ou encore la dénoncer. Elle ne le connaissait que depuis quelques heures, faire totalement confiance à Clayton serait imprudent.

- Ce n'est pas précipité, après tout, notre société évolue alors pourquoi pas nos coutumes ? Je trouve cela très bien et puis, si nous partons de ça, une personne extérieure pourrait aussi trouver cela ambigüe. Soyons fous et profitons ! En tout cas, je suis certaine d'apprécier nos rencontres, nous avons beaucoup à partager et j'ai hâte de me noyer dans vos paroles.

Ludmila rangea le nouvel ingrédient pour sa potion dans son sac avant de regarder Clayton droit dans les yeux et d'hausser les épaules.

- Je suis bien plus maline que vous ne le pensez mon cher. Il faut juste me connaître un peu plus pour le savoir. La mafia, bonne idée, je suis certaine que je me ferais rapidement à ce monde …

La rousse riait doucement, en effet, elle était mâline mais concernant la mafia, c'était de l'ironie. Un air nostalgique prit possession de son visage, son responsable et elle s'entendaient comme un père avec sa fille.

- En effet, j'aurais aimé pouvoir lui offrir un aussi beau cadeau que celui-ci. Sans même penser au fait que j'adore les animaux, je me dois de prendre encore plus soin de Nostradamus en son honneur. Il est tout ce qu'il me reste, j'étais et je suis toujours prête à tout pour lui. Je pense que ce sera suffisant, si jamais, je vous ferais signe. Je vous remercie pour votre aide, vraiment.

Elle finit par ranger son carnet avant de glisser une main dans sa chevelure rousse. La compagnie de Clayton était agréable, elle se sentait moins seule. Malheureusement, elle ne se doutait pas une seconde que face à elle se trouvait un ennemi.

- Quelque chose en commun ? Et bien, je ne vous imaginais pas ainsi. Seriez-vous … Désagréable ? Ou lunatique ?

Un frisson parcourra son corps lorsqu'elle entendit Clayton chuchoter. Face à elle se trouvait donc un homme ayant plus de secrets que de dents. Qu'importe, elle aussi après tout. Un léger sourire se dessina alors sur ses lèvres.

- Oh, alors je pense que je me serais bien entendu avec aussi.

Un rire s'échappa d'entre ses lèvres, il savait quels mots utiliser, elle n'allait pas nier que c'était plutôt agréable et sympathique de sa part. Elle se laissa faire avant de tourner la tête vers lui.

- Charmante jeune femme ? Et bien, vous vous savez complimenter une femme, mais n'en faites pas trop voyons. Je suis la plus banale des femmes de ce monde. Je note l'originalité de votre futur livre de botanique et j'ai soudainement hâte de le lire. Acceptez-vous de me donner quelques noms de plantes pour que je puisse me faire une idée ? J'espère être surprise et ne pas y voir un filet du diable par exemple. Je suis certaine que vous n'êtes pas du genre à sortir ce que l'on sait déjà … Etonnant, cela vous correspond à merveille, flippant beaucoup moins je dirais plutôt curieux ou original. Clayton, seriez-vous une plante ?

Un fin sourire orna ses lèvres, le titre du livre correspondait parfaitement avec son auteur. Ludmila était curieuse, curieuse de connaître un peu plus Clayton, c'est alors qu'une idée lui traversa l'esprit.
- Nostradamus va avoir besoin de son remède rapidement, voulez-vous qu'on aille chez moi ? Vous le rencontrerez, on le soignera ensemble et on pourra boire un thé. Je vais aussi pouvoir vous prêter mon livre, cela vous convient ? Et non, cela ne supprime pas de '' rendez-vous '', vous pourrez revenir voir Nostradamus et votre plante en même temps tout en me rapportant le livre et vous pourrez goûter à un nouveau thé.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clayton Ackley
Sérial Posteur
Sérial Posteur
avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 08/02/2017
Age : 31
Etudes, métier : Botaniste/Herboriste, Globe-trotteur
Baguette : Bois de vigne, Épine de monstre du Fleuve Blanc, 33cm, flexible

MessageSujet: Re: Clayton/Ludmila   Mer 19 Juil - 18:26

Clayton & Ludmila
La rencontre entre deux plantes
Qui n'est pas très occupé à New York ? Mais j'arrive toujours à me dégager du temps pour une soirée en bonne compagnie.

*Dit-il en lui faisant un clin d’œil qui se voulait un peu enjôleur, parce que Clayton aimait se faire apprécier de chacun de ses interlocuteurs, à n'importe quel prix. Il ne put s'empêcher d'être amusé à sa question sur sa vie « d'auteur ».*

Ce sont des manuels de botaniques que j'écris, rien de sulfureux ou d’extravagant. Alors pourquoi utiliserais-je un nom d'emprunt ?... Vous imaginez que j'écris de la magie noire peut être ? Ou des poèmes ? Des histoires érotiques ? Non rien de tout ça, je ne suis pas un littéraire mais un éternel étudiant en magie. Rien de plus. Encore que, j'espère que mon approche rend la matière moins ennuyeuse que mes collègues, par exemple dans mon dernier livre je me sers des contes et légendes dans mon approche. Mais par cette tactique, j'espère seulement rendre ses lettres de noblesses à ce type de magie. Les plantes sont plus puissantes que ce que des professeurs ennuyeux nous enseigne à l'école, Ludmila. Celui qui connaît vraiment les plantes peut obtenir presque tous les pouvoirs : la mort, la vie, la guérison, l'empoisonnement, ensorceler les esprits, les désenvoûter, gagner l'amour ou le détruire. N'est-ce pas grisant ? Les seuls limites sont ce qu'il reste à découvrir, et c'est seulement de repousser ces limites que votre guide d'un jour tente de faire et de partager à son tour.

*Conclue-t-il en écartant les bras, avant de les laisser retomber bruyamment. Il tendit alors son bras, l'offrant à la jeune recrue du Macusa pour rebrousser chemin maintenant que la cueillette était terminée.*

Cuba distille le meilleur rhum de la terre, en effet, et produit les meilleurs cigares de voltiflor. Ça fait un peu tousser au début mais on s’habitue, avec le temps ça devient même plus que plaisant, c'est peut être même ce qui me manque le plus. C'est une île, tout est petit pourtant les sorciers de là-bas ont su préserver quelques endroits sauvages absolument magnifiques remplies de plantes rares et de créatures qu'on ne trouve nul part ailleurs, bien loin de l'oppression qu'on nous impose en Amérique. Il y a une douceur de vivre qui appelle à l'oisiveté, c'est peut être d'ailleurs là que se trouve le secret de sa préservation. J'ai laissé quelques uns de mes plus beaux souvenirs là-bas... et quelques uns des plus douloureux aussi. Mais assez parlé du passé, dévoilez-moi les voyages qu'il y a sur votre liste !

*Il avait posé sa main sur celle de Ludmila, se promenant dans le jardin à la manière des aristocrates d'il y a 30 ans. Il la pressa de reprendre sa marche après sa demi-confidence, il faisait bien trop froid pour l'immobilisme.*

Je comprends mieux votre fuite. Mais il est dommage de vous cacher durant vos plus belles années. Si j'étais vous, et je sais que commencer une phrase par ces mots est annonciateur d'impolitesse et de manque de tact, je me battrais pour ma liberté et je chercherais un moyen d'anéantir la menace. Mieux vaut être prédateur que proie, Miss, et vous savez ce que l'on dit sur la meilleure des défenses ?

*Ils n'étaient plus très loin de la sortie du parc, il s'arrêta alors et relâcha son emprise sur la jeune femme. Il avait en tête de transplaner pour rentrer chez lui, or l'endroit où ils se trouvaient se révélait parfait pour ce voyage en les dissimulant des regards indiscrets grâce à un imposant massif.*

J'espère ne pas vous noyer dans l'ennui, c'est que j'ai le défaut d'être bavard. Et en ce qui concerne mes autres défauts, lunatique ou désagréable, je vous laisse seule juge mais j'espère que votre opinion me concernant restera positive.


*Il se permit de saisir une mèche de ses cheveux qu'il fit glisser entre ses doigts gantés.*

Rien que pour cette chevelure de feu vous n'êtes en rien banale Miss, et puis vous possédez un dragon.

*Lui dit-il avec un grand sourire tout en relâchant sa mèche. Il croisa alors ses bras sous sa poitrine en passant en revue quelques unes des plantes de son livre.*

Liane carnivore, Mancenillier, Fleur de feu, Berce du Caucase, Puya Chilensis, la Fougère étrangleuse et, ma petite préférée, l'Orchidée des 1000 morts. Et pour le reste, il faudra attendre la sortie de mon livre, sinon je crains de froisser mon éditeur si j'en dévoile le contenu avant qu'il ne soit dans les rayons.

*Et de froisser sa bourse bien vide, mais c'est là un fait supplémentaire qu'il n'avouerait pas même sous la torture.*

Je suis une plante ! Ou plutôt, à l'image de notre représentation animale, je pense que nous avons tous une plante totem. Vous par exemple je dirais que se serait... hmm... Le coquelicot. Vous partager la même couleur flamboyante et il a pour symbolique première la consolation, or n'êtes vous pas en ce moment même en train de vous fabriquer une nouvelle vie après la perte de la première ? Il est aussi la fleur de Morphée, le dieu du sommeil et des rêves, ce qui n'est rien de plus qu'une forme d'attente, un peu comme la votre.

*Il décroisa ses bras et joignit ses mains l'une contre l'autre alors qu'il s’apprêtait à prendre congé lorsque l'agent du Macusa le prit de court en l'invitant à prolonger leur rencontre. Il resta muet pendant une seconde en raison de la surprise, mais finit par sourire pour accepter l'invitation.*

Si c'est là votre souhait. Juste le temps d'une tasse alors, ou je risque de me faire taper sur les doigts, mon assistante est diabolique avec moi mais... je ne résiste pas à la proposition de voir votre dragon.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Clayton/Ludmila   

Revenir en haut Aller en bas
 
Clayton/Ludmila
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ludmila Adamovitch ▲ « Il ne te suffit pas de te mettre une plume dans le cul pour ressembler à un coq ! »
» (ludmila x aksana x hemera) girls rule
» Ludmilla ♣ Vous n’êtes, après tout, qu’un minuscule individu dans le vaste monde...
» Le hasard fait bien les choses ! [Ludmila Parker]
» Ender Clayton - Loneliness

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MACUSA :: NEW YORK CITY :: BRONX :: JARDIN BOTANIQUE-
Sauter vers: