AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sanguini - Gardez sous clés vos vierges menstruées...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sanguini

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 20/03/2017
Etudes, métier : Rentier

MessageSujet: Sanguini - Gardez sous clés vos vierges menstruées...   Lun 20 Mar - 16:22


Sanguini

Je ne suis pas bizarre. Je vous assure, pas du tout. C'est juste un air.


 Nom : Sanguini
 Prénom(s) : Obsolète
 Âge : 305 ans et toutes mes dents
 Date de naissance : 1622
 Situation familiale : Célibataire
 Métier : Rentier
 Groupe : Neutre
 Patronus : X
 Amortentia : Les racines de pissenlit, le bois de sapin et le sang
 Epouvantard : Une torche enflammée
 Particularités : Vampire, capable de voler
 Avatar : Johnny Depp

 
Personnalité

Sanguini est un vampire en début de rédemption. Il cherche à se sevrer du sang humain, ou au moins à cesser de tuer pour se nourrir. Il redécouvre petit à petit son humanité, mais ne vous y méprenez pas, il n'est pas et ne sera jamais comme vous.

Aussi mort que vivant, sa peau est blafarde et glaciale, les non-maj trouveront qu'il a un teint pâle, voir maladif. Son pas est tellement léger qu'on dirait parfois qu'il glisse sur le sol. Ses ongles ressemblent d'avantage à des griffes pointues et jaunies. Bien entendu, il a de longs crocs mais qu'il révèle rarement, sourire se conjugue mal avec sa nature morbide.

Créature non-humaine, il est en décalage avec le monde. Il est incapable de comprendre certains comportements humains tel que le sarcasme ou le second degré. Ayant vécu en reclu durant 3 siècles sur le vieux continent, il n'est absolument pas au fait des mœurs modernes, encore moins ici où sorciers, non-majs et créatures magiques coexistent dans le même environnement. Ces particularités le mettent souvent en fâcheuse position et en incompréhension totale avec ses interlocuteurs, pouvant mener à des situations très drôles.

Il est difficile pour lui de ne pas mordre, mais il espère que quelque chose ou quelqu'un saura l'aider. A l'inverse, sa condition de vampire, tolérée mais peu appréciée en Amérique qui fait preuve d'un racisme virulent contre les créatures non-humaines, pourrait tenter des sorciers à se servir de lui et de sa maladresse dans la lutte de pouvoir en place. Le hasard le poussa à s'installer parmi les non-maj, et plus particulièrement, en s'entourant d'adeptes de Salem sans qu'aucun des deux partis ne se rendent vraiment compte de la situation.

Caractéristiques :
- Immunisé contre tous les sortilèges mortels, il peut néanmoins souffrir de bien des manières, y comprit par certains sorts.
- Il craint le soleil qui lui fait prendre feu, mais peu sortir en journée par temps couvert, ce qui heureusement pour lui, est souvent le cas à New York grâce à la pollution !
- Déteste l'ail, ça donne une haleine de chien. 

 
Votre avis nous intéresse

Pour les (ex) sorciers :

Que pensez-vous du MACUSA ? Et des pro-Grindelwald ?
Je heu... le Macumba bien sur, c'est une gargote très sympathique, je suis tombé dessus dès que je suis descendu à quai. Je ne manquerai pas d'y retourner pour y boire tous les cocktails que vous voudrez, même l'exotique là, le Gin-de-Walt !

Que vous évoque la hiérarchie du sang ?
Je trouve cette question très intéressante, on ne soulève pas suffisamment le problème. Ça ne se fait pas et tous les goûts sont dans la nature, mais puisque vous insistez, je vais vous donner mon trio gagnant... En troisième, l'enfant en bas âge. En second, les pâtissiers, le sucre est mon petit péché mignon. Et en premier, les jeunes vierges, c'est un peu comme le caviar ou les truffes pour vous autres humains. Mais je n'y touche plus, tout ceci est évoqué de façon purement mémoriel !

Adhérez vous à la loi Rappaport ? Vous sentez-vous menacé par les Non-Maj ?
Je ne crois pas, non... Non vraiment, je ne me souviens pas d'avoir réglé la cotisation.

 
black pumpkin



 

 
Derrière l'écran
Pseudo : Ginette
 Prénom : Ginette
 Âge : 8 ans
 Pays : Népal
 Fréquence de connexion : every day ou presque  
Inventé ou scénario : évoqué
 Commentaires : nop  
black pumpkin



 
Histoire

 

 

 

Voici mon histoire, l'histoire d'un homme, d'une bête, appelez-moi comme vous voudrez, qui naquit 3 fois.

Ma première naissance fut en 1622, dans une Transylvanie fière et indépendante, où je pris ma première bouffée d'air sous le nom de Comte Gabriel Thököly de Késmárk. Grandissant dans la haute noblesse, je devins un jeune homme courageux bien qu'un peu trop imbu de ma personne, un mal transmit par le sang à chaque génération. Issu de la branche sorcière de la famille, je fis mes études dans la fière Durmstrang où je vécu tout ce que la scolarité pouvait offrir de meilleur à un adolescent de bonne famille. J'étais pleinement heureux malgré la perte prématurée de ma mère des suite de l'éclabouille. Devenu beau garçon, après mes études je vécu dans l'oisiveté et la décadence que m'offrait ma naissance. Je profitais pleinement de ma jeunesse en amusements, dépenses outrancières et en conquêtes d'un soir, privilégiant les filles du peuple dont j'engrossais quelques unes. Je poursuivais cette vie d'insouciance jusqu'au 17 février 1658, jour de mes fiançailles avec ma bien-aimée Anna.

Née elle aussi dans une famille d'aristocrates, Anna était, au rang de la noblesse, la perfection même. Âgée de 22 ans, d'une délicatesse excessive, d'une beauté typique de l'est, elle avait su par sa bonté, sa gentillesse et sa timide réserve, toucher mon cœur et mon âme. Ce fut avec bonheur et optimisme que j'acceptais d'abandonner mes frivolités pour m'engager sur le chemin de la pudicité et du mariage. Un mariage qui n'eut jamais lieu.

Alors que la faste cérémonie se préparait au château du Comte Thököly de Késmárk, j'abandonnais ma belle Anna pour une dernière nuit d'insouciance dans une taverne où l'alcool était aussi loqueteux que les ouailles présentes. Buvant plus que de raison, mes mains tâtonnant sans pudeur quelques croupes, les blagues de mauvais goût déferlant autant que le vin, et accompagné d'une poignée d'amis, j'oubliais toute ma retenue en enterrant joyeusement ma vie de garçon. Dans cette ambiance alcoolisée, les plaisanteries s’enchaînaient autant que les conflits, et c'est ainsi que je fus pris à parti avec un homme mystérieux qui se tenait au fond de l'Auberge et n'avait pipé mot de la soirée. Enivré et soûle comme une barrique, j'eus l'audace de lui cracher un mauvais vin au visage sous les rires goguenards de l'assemblée. Alors que je m'attendais à une bonne bagarre, l'homme avait disparu, me laissant à ma débauche.

C'est sur le chemin me ramenant à la demeure familiale que je pris trop tard la pleine mesure de mon erreur. Alors que j'étais presque arrivé, ma diligence, pourtant tirée par 2 Gronians rapides comme l'éclair, fut stoppée nette. La migraine dont je souffrais s'estompa comme par enchantement sous la surprise, ou peut être sous l'instinct qui me prévint du danger. Alors que je sortais de ma voiture, je fus pris d'un violent haut le cœur que je répudiais en portant un mouchoir à mon nez. L'alcool n'était pas en cause dans mes relents, sous mes yeux s'étalait les cadavres fumants et ensanglantés de mes chevaux réduit à l'état de viandes. Je n'eus jamais le temps de vomir la quantité d'eaux-de-vie que contenait mon estomac, un étau me prit à la gorge et sous une douleur fulgurante, je cru perdre la vie.

Ce ne fut pourtant pas le cas. Je suis né 3 fois et pourtant jamais je ne suis mort. Le petit matin se levant, mes gens s’inquiétèrent de mon non-retour et mon père partit à ma recherche. Il me trouva gisant à terre, baignant dans mon sang et pourtant encore vivant. Il prit alors la pire des décisions mais que tout parent lui pardonnera : reconnaissant la blessure, il convoqua sur le champs les meilleurs ensorceleurs du pays pour pratiquer l'unique rituel capable de me sauver, et me transforma, à la nuit tombée, en une créature semblable à celle qui m'avait violenté.


Voici le récit de ma seconde vie. J'ouvris les yeux en cette soirée de mai 1658, suffocant, cherchant à inspirer de l'air sans le moindre effet jusqu'à ce que je comprenne que je n'en avais simplement plus besoin. Ce qui me frappa en premier était que je possédais tous mes souvenirs, pourtant j'avais l'impression qu'aucun ne m'appartenaient. Je me levais, transpirant et moite, et me dirigeais vers un miroir. Mon père, le teint blafard, était vraisemblablement resté à mon chevet, je ne lui prêtais pourtant aucune attention. Pas encore. Une douleur vive me prit aux tripes et m'obligea à me plier en deux, je sentais chaque parcelle de ma peau, percevait chaque organe, jusqu'au moindre de mes cheveux, alors que ma transformation avait lieu. Haletant, je levais mon regard vers mon père pour la dernière fois en lui murmurant un « Qu'avez-vous fait ? ».

Alors que je me redressais, je ne vis pas mon reflet dans le miroir, mais je perçus chaque changement. Mes muscles s'étirèrent et se raidir, mon cœur cessa de battre avec douleur, mes ongles tombèrent et furent remplacés par des griffes dures comme de la pierre qui me transpercèrent la peau, mes dents percèrent mes gencives, mes yeux pleurèrent pour la première fois des larmes de sang. Ce qui se passa ensuite n'était plus que douleur, celles des autres plus encore que la mienne. Je les assassinais tous, les dévorais tous, à commencer par mon père chez qui je crus percevoir dans ses rétines, au delà de la peur, le soulagement de me savoir vivant. Je bus le sang de dizaines d'hommes et de femmes ce jour là, mais le plus délicieux fut celui de ma fiancée. Des siècles plus tard, je peux encore percevoir son goût sur ma langue.

Je m'endormis repu et insouciant de mon carnage. Je fus réveillé par une odeur de grillé... la mienne, alors que je commençais à prendre feu sous les rayons d'un soleil éclatant filtrant entre les rideaux. Je rampais à l'ombre, à l'abri et pris pleinement conscience de mon nouvel état, lequel m'enchantait mais nécessitait quelques ajustements pour ma sécurité. La suite ? Je perdis ma magie, ma baguette ne me servait plus qu'à curer mes crocs jusqu'à ce que je la perdis, elle aussi. Je vécu dans mon repère, me nourrissant des habitants de la contrée lorsque la nuit tombait ou que le temps gris me le permettait. Mon beau château devint la tanière de la bête où régnait une odeur de sang, de charognes et de poussière qui ne me dérangeaient pas. Je devins l'un des vampires les plus meurtriers d’Europe et j'oubliais mon nom pour n'être plus connu que sous celui que les légendes me donnèrent : Sanguini.

Cette vie sans entraves et sans tourments dura quelques siècles. La Transylvanie disparue, laissant place à diverses pays, des changements géo-politique qui m'étaient étranger, car mise à part ma demeure tombant en décrépitude, le temps n'avait aucune emprise sur moi, il semblait ne pas même exister. Mais cela aussi devait changer, et c'est alors que s’entama ma troisième naissance.


Je dévorais bien des familles. Des hommes, des femmes, des vieux, des enfants, peu m'importait même si j'avais une préférence pour les jeunes nubiles. Je souris encore, avec honte, à ces souvenirs. Toujours est-il, que le temps faisait bel et bien son œuvre, et les habitants des environs commencèrent à fomenter un coup pour mettre fin à mes agissements. Incapables qu'ils étaient à faire face à ma toute puissance, ils engagèrent un homme, un puissant sorcier dont je sus plus tard qu'on l'appelait « Le traqueur ». Le traqueur, très au fait des mœurs vampiriques, parvint à me capturer un jour de décembre en pleine journée, alors que je dormais tranquillement dans ma boite. Personne n'avait osé franchir le seuil de mon château depuis des siècles, je ne m'attendais pas à cette visite, autant dire que je ne lui donnais pas beaucoup de fil à retordre.

Vous ne l'aurez peut être pas encore compris, mais j'étais déjà mort – enfin mon corps l'était – depuis bien longtemps. Si une lame me transperçant la peau me fait mal, elle ne me tue pas. Je ne crains pas la maladie, je suis insensible aux avada kedavra, l’atterrissage après une longue chute n'est qu'une chatouille, alors quand le traqueur me jeta en pâture aux villageois, inutile de vous dire qu'il y eut débat pendant des jours. Lui savait comment mettre fin à mon supplice, je le voyais à ses yeux, mais il s'amusait d'avantage de ma torture. Et en torture, le bougre s'y connaissait fichtrement bien.

Je fus jeté dans une prison magiquement protégée pour que je ne puisse toucher aux parois et me servir de ma force. Le temps revint dans ma vie comme un boomerang alors que les habitants débattaient durant ce qui me parut une éternité, me laissant mourir de faim (mourir au sens imagé, bien entendu). Je souffrais atrocement du manque de sang et me sentais plus faible de jour en jour.

Alors que j'attendais mon châtiment comme une délivrance, ce fut le moment où mon bourreau choisit de me faire souffrir de la plus vile des façons : en m'obligeant à faire face à mes crimes. Pas une nuit ne se passait sans que des badauds viennent raconter les atrocités que j'avais fait subir à leur famille : un enfant dévoré, une maison incendiée, une vierge dont j'avais rompu le cou, autant d'actes dont je ne me souciais guère jusqu'à présent mais qui, le manque de sang aidant, trouvaient en moi un curieux écho. Le débat s’éternisa plus que de raison, le pieu fut évoqué mais jugé trop « ringard » sans que je ne comprenne le sens de ce mot, le feu me laissait trop de chance de survie, on se questionna pendant longtemps sur ma capacité à recoller mes morceaux suite à un écartèlement à l'aide de leurs calèches mécaniques servant à labourer les champs. Tout y passa : la pendaison, le goudron, m'enterrer vivant, le supplice de la roue, le poison, l'émasculation (délire isolé mais récurrent d'une vieille dame), l'ébouillantage, l'empalement, etc, etc.

Je commençais à me lasser de tout cela, je n'écoutais plus le bas peuple que d'une oreille distraite en rêvant de sang frais, quand mon bourreau choisit de me ramener à la réalité en déposant devant moi le portrait vieilli et déchiqueté de celle que j'avais tant aimé. Je ne sais si ce fut l'anémie ou les centaines de discours m'appelant  « monstre », mais la vue de ma belle oubliée réveilla en moi un sentiment depuis longtemps perdu : la colère. Pour la première fois depuis des siècles, je ressentais un sentiment humain, contre le traqueur, contre ces scélérats qui me méprisaient, et pire que tout, contre moi-même. J'étais à bout lorsque je décidais de prendre les choses en mains en mettant tout le monde d’accord : se serait la décapitation.

Le silence se fit, et ce fut pire encore. Seul avec moi-même, à quelques heures de ma fin, je me remémorais mes années d'insouciances, mon père, mon amour, mes amis, mes conquêtes, cette vie que je m'étais auto-volé pour devenir un animal sans cervelle. Je pleurais cette nuit là, pour la première fois depuis 300 ans, mon tortionnaire avait bien fait son travail.

Mon histoire aurait pu s'arrêter là si un enfant, haut comme une demi cagette de pommes, ne s'était faufilé avec curiosité jusqu'à ma geôle. Les enfants sont particuliers, ils sont naïfs, crédules et beaucoup trop compatissants. Nous nous parlâmes sans arrières pensées, ou plutôt je lui racontais mes états d'âmes dont il ne comprenait pas un mot sur deux. Mais l'imbécile attendrit, m'ouvrit la porte de sa main innocente. Incrédule, je me levais lentement en le regardant les yeux rougis, et m’avançais à pas de loup vers l'échappatoire. Ce que je fis ensuite, je n'en suis pas fier, mais la faim me tiraillait tant qu'à peine sortis de ma cage, je mordis l'enfant et lui pris jusqu'à la dernière goutte de vie. Ce ne fut que quand ses veines devinrent aussi arides qu'un désert, que je me rendis compte de l’infamie que je venais de perpétrer. Tenant ce petit être qui m'avait porté secours entre mes bras, je me voyais dans ses pupilles sans vie pour la première fois tel que j'étais vraiment. J'étais un être ignoble.

J'avais alors deux choix, retourner dans la cage et avoir le courage de mettre fin à cette vie monstrueuse, ou m'enfuir et me persuader que j'étais capable du meilleur. Je fus un jeune homme courageux, j'étais maintenant un vampire pétochard et lâche. Mais une chose était néanmoins certaine, ma phase adolescente était terminée. Réunissant un peu de mon pécule, je m'enfuis vers le premier pays dont on m'indiqua qu'il était le lieu des secondes chances, je partis pour les Amériques. Bien décidé à éliminer de ma vie toute tentation, je ne me doutais pas encore que j'avais sans doute mis les pieds dans le pire endroit qu'il soit pour me sauver.

 
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur M. Fletcher
Admin
Admin
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 01/12/2016
Etudes, métier : "Y en a qu'appellent ça de la camelote, moi j'appelle ça des trésors..."
Baguette : Bois d'Aubépine, Cheveu de Vélane, 34 cm, souple.

MessageSujet: Re: Sanguini - Gardez sous clés vos vierges menstruées...   Lun 20 Mar - 16:45

Salut beau gosse. J'récupère toutes les protections hygiéniques de mes Vélanes, si t'as besoin d'infusions...

_________________
C'est pas moi, M'sieur l'agent
Vous passerez l'bonjour à vot'femme, quelle charmante personne... Comment je la connais... Je... Je... Eh merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanguini

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 20/03/2017
Etudes, métier : Rentier

MessageSujet: Re: Sanguini - Gardez sous clés vos vierges menstruées...   Lun 20 Mar - 16:59

Je ne refuse pas cette alléchante proposition, je boirai à votre... santé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nora Luciano
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 07/02/2017
Etudes, métier : Marraine de la Mafia Magique de NYC

MessageSujet: Re: Sanguini - Gardez sous clés vos vierges menstruées...   Lun 20 Mar - 18:04



Bienvenue à MACUSA

T'es vraiment un pro de la présentation !


Félicitations !



Depuis le temps qu'on l'attend ! C'est un superbe personnage et j'ai pris beaucoup de plaisir à te lire ! Vraiment hâte de jouer avec toi !


Bravo, nouveau petit new-yorkais, tu as été acceptée ! Tu peux déjà aller recenser ton avatar, nous renseigner ton métier, ton logement et tes particularités. Penses également à nous faire une petite fiche de liens, pour que l'on puisse commencer l'aventure ensemble. N'oublie pas de voter pour les sujets que tu as préféré pour élire le membre du mois et de poster régulièrement pour gagner des dragots et acheter ce qui te fait envie au marché noir. Suis régulièrement le panneau des événements et les annonces, histoire de pas rater les fêtes prévues. Nous restons disponibles par hiboux et patronus si tu as la moindre question ou suggestion !

HAVE FUN !



black pumpkin



black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Père Edgar
Admin
Admin
avatar

Messages : 145
Date d'inscription : 18/03/2017
Etudes, métier : Serviteur de Dieu
Baguette : 23 cm de chair et de gland , surmontée par ses testicules

MessageSujet: Re: Sanguini - Gardez sous clés vos vierges menstruées...   Mar 21 Mar - 2:57

Je réserve d'avance et sans ton consentement une soixantaine de créneaux au confessionnal pour t’accueillir démon repentant. Ma foi sera assez puissante pour deux.

/!\ Blague à part, magnifique fiche. Histoire excitante qui fit hérisser mes bras imberbes plus d'une fois, il me tarde que nos chemins se croisent. Félicitations.

_________________
«Beata Maria, je clame que mon âme est pure. De ma vertu j'ai droit d'être fier. Beata Maria, mon coeur a bien plus de droiture qu'une commune vulgaire foule de traîne-misère...»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur M. Fletcher
Admin
Admin
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 01/12/2016
Etudes, métier : "Y en a qu'appellent ça de la camelote, moi j'appelle ça des trésors..."
Baguette : Bois d'Aubépine, Cheveu de Vélane, 34 cm, souple.

MessageSujet: Re: Sanguini - Gardez sous clés vos vierges menstruées...   Mar 21 Mar - 8:35

La qualité de ta fiche t'évitera toute la montagne de comparaisons à Edward Cullen que je te réservais. Merci pour ce beau partage et vivement qu'on puisse voir ton monstre à l'oeuvre !  

_________________
C'est pas moi, M'sieur l'agent
Vous passerez l'bonjour à vot'femme, quelle charmante personne... Comment je la connais... Je... Je... Eh merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane K. Conrad
Disparue
Disparue
avatar

Messages : 282
Date d'inscription : 15/02/2017
Etudes, métier : Infirmière
Baguette : Bois d'orme, 28 cm, ventricule de dragon

MessageSujet: Re: Sanguini - Gardez sous clés vos vierges menstruées...   Mar 21 Mar - 9:35

J'ai touuuuuut lu ! boing
C'est une très belle fiche, riche et agréable à lire ! Il me tarde, il me tarde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanguini

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 20/03/2017
Etudes, métier : Rentier

MessageSujet: Re: Sanguini - Gardez sous clés vos vierges menstruées...   Mar 21 Mar - 12:25

Merci à tous.

Père Edgar, je n'attendais que votre fiche de liens pour vous demander d'avoir l'amabilité de m'exorciser de temps à autre. Hélas je ne pourrai me rendre dans votre confessionnal hormis par temps de forte pluie, mon corps flamboie facilement sous le toit des églises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sanguini - Gardez sous clés vos vierges menstruées...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sanguini - Gardez sous clés vos vierges menstruées...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Un temple sous terre [PV Kusari]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MACUSA :: WELCOME, DEAR ! :: INTRODUCTION :: ACCEPTED-
Sauter vers: